Paris Match Belgique

Le Château de Saran, la propriété ultra privée où LVMH reçoit ses plus gros clients [PHOTOS]

Le château de Saran. | © DR

Design et maison

À moins d’être le plus grand amateur de champagne du monde ou un ami personnel de Bernard Arnault, vous ne pourrez pas séjourner dans cet endroit. Réservé aux invités de la célèbre marque de champagne Moët et Chandon, et du groupe LVMH qui en est le propriétaire, l’exclusivité est ici le maître mot. Pour célébrer les cent cinquante ans de l’iconique Cuvée Impériale, créée pour le centenaire de la naissance de Napoléon Bonaparte, cette bâtisse chargée d’histoire renaît après quatre ans de travaux. Nous l’avons visitée pour vous. 

D’après un article Paris Match France de Margot Paris

A l’origine, c’était un relais de chasse. Qui fût agrandi pour devenir la résidence d’été de la famille Moët et Chandon, et accueillir ses invités. C’est ainsi qu’elle va continuer d’exister. Dans la splendeur de cette rénovation inouïe, pour perpétuer le prestige de la maison qui a fait connaître le champagne dans les cours d’Europe et dans le monde entier. Son créateur Jean-Rémy Moët, entretenait des liens étroits avec Napoléon Bonaparte, client de la marque. C’est en 1869 que fût élaborée une cuvée en souvenir de l’Empereur, appelée Brut Impérial, rebaptisée Moët Impérial dix ans plus tard. Aujourd’hui, une bouteille Moët et Chandon est ouverte chaque seconde dans le monde.

Luxe, succès, élégance, Roger Federer fait la synthèse

Depuis 2012, la marque qui brille au firmament du luxe, du goût et de la tradition s’est trouvé un ambassadeur de choix en la personne de Roger Federer, dont le style, l’élégance et l’immense palmarès sportif porte haut les couleurs de la prestigieuse maison de champagne. L’inauguration des lieux a donné le La, en la présence de son illustre parrain parmi une centaine d’invités VIP, dont Nathalie Portman, Uma Thurman, Kate Moss, pour un apéritif dinatoire. Mais ils n’auront pas eu la chance de dormir au château comme nous !

Lire aussi > La maison de vacances de Jackie Kennedy sur « l’île aux présidents » est à vendre [PHOTOS]

Une plongée dans le 19ème siècle

C’est sur les pas de l’artisan de cette Renaissance, Monsieur Yves de Marseille, que nous avons découvert cette somptueuse demeure, complètement restaurée dans l’esprit « château de famille ». Nous l’avons suivi au fil des pièces, des couloirs et des escaliers, dans ce décor qui semble n’avoir pas bougé depuis cent cinquante ans, sans pouvoir imaginer que tout a été réinventé. C’est Bernard Arnault qui a fait appel à ce décorateur de renom, scénographe, spécialiste des décors de films historiques. Il lui a confié la mission de redonner à cette demeure, l’âme qu’elle avait au XIXeme siècle, comme il l’avait fait pour la maison de coeur de Christian Dior à Grasse, le Château de la Colle Noire. Mission plus qu’accomplie ! La page était blanche et Yves de Marseille nous montre même des photos de l’intérieur du château : rien, ou un véritable spectacle de guerre.

DR
DR

Quatre ans plus tard, la magie opère, grâce au souci du détail qui a guidé cette rénovation d’exception : comme le choix des tissus de grandes marques : Pierre Frey, Canovas, Rubelli, des meubles chinés un à un dans des salles des ventes, Sotheby’s, Christies et chez des antiquaires, partout en France et dans le monde. Ainsi les canapés du salon de dégustation viennent du Ritz, des tapis ont spécialement été tissés pour l’endroit. Certaines pièces de mobilier sont plus contemporaines, des fauteuils des années cinquante, guéridons de designers, d’autres proviennent du patrimoine familial : portraits, piano… Tout se marie avec charme dans une ambiance lumineuse, rappelant la couleur du champagne que l’on célèbre partout en ces lieux. Les matières employées comme les marbres de Carrare, Alba Bianca, Rosso Ducale ont été sélectionnés en Italie par le chef d’orchestre de cette restauration magistrale. Aucune contrainte économique ne semble avoir entravé le projet, mais Yves de Marseille, qui a choisi chaque objet, est fier de nous confier avoir fait quelques bonnes affaires, comme ce paravent de Dunand qu’il a acheté quelques trois mille euros, et dont le jumeau a été vendu récemment cinq fois plus. Même à ce niveau il n’y a pas de petites économies !

DR
DR

Onze chambres toutes différentes accueilleront les futurs invités triés sur le volet qui feront l’expérience de l’art de vivre au XIXeme siècle au Château de Saran dans un voyage historique. Chambre Christian Dior pour nous. Années folles, Hollywood ou Américaine au 1er étage. Louis XIV, Japonaise, Impériale, Chinoise au second. Mais aussi Russe, Anglaise (en hommage à la Reine-Mère qui séjourna à Saran) et Orientale au troisième. Chacune offre une expérience particulière et unique. Nous dormirons dans la chambre Christian Dior qui reprend l’univers du couturier, dans une déclinaison de gris avec son mythique fauteuil médaillon Louis XVI. Les oreillers et la literie ne sont heureusement pas d’époque, pour notre plus grand confort. Les produits de toilette sont signés Dior. Vous repartirez d’ailleurs avec un flacon de parfum. ON ADORE !

La vie de château

A l’arrivée au château qui domine toute la vallée de la Marne, nous sommes accueillis par un goûter pain d’épice maison et Moët Impérial. Nous succombons à cette association renversante et nous ferions bien nôtre cette tradition du quatre heures au champagne. Nous sentons que nous sommes là pour en boire, et en boire encore… Nous dégustons ce moment sur la terrasse qui surplombe le parc à l’anglaise, avec une vue à 180 degrés sur les vignes, et une piste d’atterrissage pour les hélicoptères. Car on peut évidemment s’éviter deux heures de voiture et les embouteillages parisiens quand on vient à Saran…

DR
DR

Après un passage dans notre suite Christian Dior pour revêtir une tenue qui sied mieux au faste de cette plongée dans le XIXeme siècle, nous sommes conviés à un apéritif. Un verre chasse l’autre, et nous ne sommes pas encore rentrés dans le vif du sujet. Plus tard, un somptueux diner sera donné dans le vendangeoir, une des pièces maîtresses de la propriété. Nous atteignons cette partie stratégique du domaine, par une galerie souterraine absolument fastueuse. Ici se trouvent les salles à manger, un bar merveilleusement feutré, lumière dorée et chaude, un fumoir et une terrasse d’où nous avons la vue la plus instagrammable sur la maison principale éclairée. Dans la salle à manger, la décoration est plus industrielle, adoucie par une table en bois monumentale pour trente personnes, agrémentée d’une décoration florale, composée de pivoines roses, d’un fleuriste qui travaille en partenariat avec le château. Chaque détail compte, la vaisselle en porcelaine de la maison Bernardaud évoque les bulles du champagne. Tout invite au plaisir des yeux avant tout autre chose. Le dîner est le point d’orgue de ce séjour au château de Saran. Il a été spécialement préparé pour cette soirée dans un accord mets-vins des plus parfaits. Le jeune chef italien Marco Fadiga qui a remporté le concours organisé par la maison « Moët et Chandon wants you », sorte de top chef maison en 2016, n’a de cesse de trouver des recettes qui subliment les différents vins de la marque. Il nous dit en avoir quatre, cinq en réserve par millésime. Tous ses plats sont savamment presque scientifiquement élaborés avec le chef de cave Benoît Gouez et la responsable qualité et œnologue, Marie-Christine Osselin. Certaines recettes demandent jusqu’à trois à quatre mois de travail.

DR
DR

Un Moët Impérial en magnum accompagnera une soupe à l’oseille, recette traditionnelle parfaitement onctueuse et délicatement crémée, ainsi que sa version revisitée tout en légèreté et nuageuse. La surprise est au fond de la verrine : du caviar ! Suivra un grand vintage rosé 2012, pour un confit de canard jus d’épice dont le dressage en maki, nous montre toute la virtuosité du chef. Nous enchaînerons ensuite avec un grand vintage collection 2002 pour une déclinaison autour du beaufort dans une assiette des plus graphiques. Pas de dessert, nous sommes un peu déçus. Rassurons-nous, au bar, un cocktail nous attend, au champagne bien sûr, accompagné d’un cortège de mignardises chocolatées qui s’accordent merveilleusement avec notre breuvage. Ce cocktail MOET IMPERIAL est servi dans une coupe exceptionnellement rééditée pour cet anniversaire.

Retour vers le futur

Après une nuit d’un autre monde dans notre suite, et d’un petit déjeuner des plus gourmand (l’oeuf revisité à la truffe est un morceau de bravoure), nous quittons ce lieu extraordinaire et hors du temps avec regrets. C’est la règle, nul ne pourra y séjourner plus de deux nuits. Qui que vous soyez. Nous repartirons en voiture à Paris (il n’y avait pas d’hélicoptère…) direction le vingt et unième siècle alors que notre esprit s’attardera encore quelques heures dans cette plongée dans la vie des familles champenoises du 19ème.

Ouverture prévue en septembre pour les premiers invités. À défaut de pouvoir vivre cette expérience inouïe, vous pouvez visiter l’exposition « Moët Impérial – 150 ans » l’exposition 1869-2019 du 23 mai au 18 décembre à Epernay.

CIM Internet