Paris Match Belgique

Après le sucré, la famille Destrooper goûte au marché des en-cas salés

Après le sucré, la famille Destrooper goûte au salé avec Noble | © Facebook @ Jules Destrooper Biscuiterie

Food et gastronomie

En Belgique, le packaging bleu et blanc des biscuits Destrooper est synonyme de gourmandise et de qualité. Un succès construit depuis 132 ans, mais qui n’est plus aux mains de l’héritier de la famille. Avec sa fille, Sophie, Patriek Destrooper a en effet décidé de lancer Noble, et de s’attaquer au marché du salé. 

C’est en août 1835 que l’ancêtre familial, Jules Destrooper, décide d’ouvrir une boulangerie artisanale à Lo, en Flandres, en parallèle de son entrepôt colonial. Une double casquette qui lui donne l’idée d’incorporer les épices exotiques vendues dans sa boutique dans ses pâtisseries, notamment ses pains aux amandes fins et croustillants. Il n’en fallait pas plus pour éblouir les papilles des consommateurs et lancer l’histoire de la biscuiterie Destrooper. Bon goût de beurre, packaging soigné et recettes originales, pour de nombreux Belges, les biscuits Destrooper ont un goût de madeleine de Proust, celui des goûters d’enfance et des repas en famille. Même si aujourd’hui, la famille qui a fondé la biscuiterie n’est plus à la tête de l’entreprise.

Lire aussi > Contre toute attente, les fromages suisses et les bières bruxelloises sont faits pour s’entendre 

Patriek Destrooper, l’héritier de Jules, a en effet décidé il y a quelques années de lancer Noble. Un nom qui en dit long sur l’attention apportée aux recettes et au concept. Et parce qu’il est tombé dans la marmite du goûter quand il était petit, c’est tout naturellement qu’il a d’abord décidé de se lancer dans la production de délices chocolatés. Avant d’effectuer un grand écart réussi vers le salé. Croustillants, aériens et délicieusement décadents, ses biscuits au fromage sont en effet l’ingrédient incontournable de tout apéro gourmand. La recette de leur succès ? Toujours la même qu’aux origines : travailler en famille, Patriek ayant en effet décidé de collaborer avec sa fille Sophie. Pétillante et passionnée, cette dernière confie que « le secteur alimentaire m’a toujours énormément intéressée, ce qui est logique vu que je suis née dans le milieu. J’ai d’abord voulu acquérir ma propre expérience professionnelle, mais c’était une suite logique pour moi de rejoindre l’entreprise familiale ».

Noble Savoury

Rien que le meilleur

Et si Sophie confie ne voir que des avantages à travailler en famille, Patriek ne peut que lui donner raison, lui qui a préféré lancer une nouvelle entreprise plutôt que de profiter d’une retraite bien méritée après la vente de Jules Destrooper. « Je ne suis pas du tout le genre à rester sans rien faire, sourit Patriek Destrooper. Ceux qui me connaissent savent que je testais depuis longtemps des recettes de petits gâteaux au fromage, et que c’était un de mes rêves de les lancer sur le marché ». Agrémentés de pesto ou de paprika, au bleu ou au Gouda, les biscuits sont aussi bons que jolis et continuent ainsi la tradition familiale d’excellence.

L’alliance réussie de Noble et P’tit Pot

« On utilise les ingrédients de meilleure qualité possible, combiné à des fromages maturés pour un goût véritablement unique en bouche ». Et parce qu’on mange d’abord avec les yeux, on n’hésite pas à servir ces délices dans une jolie coupelle en coco signée P’tit Pot, la marque de vaisselle exotique et chic lancée par Sophie après un voyage en Asie.

CIM Internet