Paris Match Belgique

L'incroyable destin de la vendeuse de rue de Bangkok qui ne voulait pas de son étoile Michelin

Supinya Junsutade ne veut plus de son étoile | © Instagram @ Tramontohiti

Food et gastronomie

Dans le dédale humide des rues de Bangkok, Supinya Junsutade, la propriétaire de Raan Jay Fai est connue comme étant "la reine de l'omelette au crabe et au curry". Une spécialité qui fait saliver les locaux, et qui lui a récemment valu l'honneur de voir son stand de street food gratifié d'une étoile au Michelin. Une distinction dont Supinya Junsuta se serait bien passée et cherche à se débarrasser. 

Car aujourd'hui, le tourisme gastronomique est devenu la nouvelle passion des aventuriers en quête d'expériences authentiques à l'heure de la mondialisation, et les foodies n'hésitent pas à arpenter les moindres recoins des villes qu'ils visitent pour y savourer les mets les plus typiques. Voir à faire la queue aussi longtemps que nécessaire pour pouvoir y goûter. C'est d'ailleurs ainsi qu'on repère désormais le stand de street food de Supinya Junsuta, devant lequel se pressent gourmands locaux et gourmets voyageurs, la queue pour goûter à ses omelettes atteignant parfois jusqu'à plusieurs dizaines de mètres. Un engouement qui est loin de ravir Supinya Junsuta.

Lire aussi > Quand la street food permet aux Nord-Coréens d'échapper à la famine

 

Omelette au crabe étoilée

Une publication partagée par J (@jeromebjerome) le

Face à la demande toujours croissante pour ses omelettes, la vendeuse de rue a en effet été contraire de débaucher sa fille, qui a quitté son emploi pour venir aider à la préparation des plats. Et si Raan Jay Fai a désormais instauré un système de réservations pour tenter de gérer le flot de gourmands, pas question d'augmenter les prix pour autant. Autrement dit, sa nouvelle popularité pourrait bien lui coûter puisqu'elle vend toujours ses omelettes au même prix mais doit acheter toujours plus d'ingrédients pour les réaliser. En cuisine de 14h à 1h du matin, ne quittant jamais les lunettes de labo qu'elle porte pour se protéger de l'huile brûlante avec laquelle elle prépare son crabe, Supinya Junsuta avoue vouloir rendre son étoile, qu'elle qualifie d'attention "non souhaitée" et "loin d'être bienvenue". En attendant, sa fille tempère : "Avant ou après Michelin, nous nous voyons toujours de la même manière. Quand les clients viennent nous voir et nous disent qu'ils adorent notre nourriture, nous sommes récompensés d'un million d'étoiles chaque jour". 

CIM Internet