Paris Match Belgique

5 conseils pour se débarasser des pesticides qui nous gâchent la vie

Utiliser des engrais naturels pour une alimentation plus saine | © Pexels

Food et gastronomie

Nettoyer les fruits et légumes ou préférer le bio pourraient être les solutions pour réduire le risque de consommer des pesticides présents sur les produits.Selon un rapport publié ce mardi 20 février par l’association française Générations futures, 72,6% des fruits et près de la moitié des légumes non-bio sont porteurs de pesticides. Ces produits chimiques peuvent avoir de graves conséquences sur l’organisme, même ingérés à faible dose. Mais c’est surtout leur mélange qui peut être source de dangers : une exposition à ces substances peut engendrer cancers et maladies neurologiques. Des faits inquiétants qui mettent en garde contre les habitudes de consommations des citoyens. Mais certaines astuces existent pour limiter le risque d’absorption de ces produits nocifs.

Lire aussi > Préoccupés par le bien-être animal, les Belges consomment moins de viande

Première étape : l’achat des produits. Bruxelles Environnement conseille, dans un de ses rapports, de privilégier l’achat de plantes locales et de produits bios. Ces aliments sont issus de cultures qui limitent les produits chimiques et l’utilisation des organismes génétiquement modifiés (OGM). En Belgique, la quantité de magasins, restaurants ou encore producteurs qui proposent ce type d’ingrédients augmente de plus en plus. Fin 2016, la Belgique comptait 1 923 fermes biologiques, soit une augmentation de 12% des exploitations du genre par rapport à l’année précédente. Si pour certains consommateurs, cette solution peut paraître coûteuse, elle est pourtant de celles qui permettent de limiter l’ingestion de pesticides.

©Ivan Milosevic

Recette de grand-mère

Une manière de réduire l’achat de produits bio, tout en mangeant sainement, c’est le tri. Dans son rapport, l’ONG Générations futures indique que le céléri-branche, les raisins, les cerises, les mandarines, les pamplemousses et les endives sont les aliments sur lesquels on retrouve le plus souvent des traces de pesticides. Le bio semble ici inévitable. Mais pour les autres produits, tels que les kiwis, les avocats, les mirabelles et les asperges, qui présentent un faible taux de pesticides, leur achat en grande surface n’est pas déconseillé.

©Christian Schnettelker

Une fois les ingrédients achetés, passons en cuisine. Pour les salades et les choux, enlever la première feuille suffit à éliminer le danger. Pour les autres fruits et légumes, éplucher permet d’enlever les éléments chimiques. Si les nutriments qui se trouvent dans la peau finissent donc à la poubelle, laver un légume avec de l’eau froide ne suffit pas à le débarrasser de ses composants malsains. Une astuce est alors d’ajouter du bicarbonate alimentaire de soude ou du vinaigre blanc dans l’eau de lavage. 

Lire aussi > Un potager intérieur : une tendance green et chic

À l’extérieur, on préférera l’usage d’engrais naturels aux insecticides traditionnels : le compost domestique ou les larves de coccinelles sont d’ailleurs les alliés du jardinier. Et les campagnes ne sont pas les uniques lieux de plantation. Au cœur de Bruxelles, les potagers ont aussi la cote !

CIM Internet