10 adresses bruxelloises pour le plaisir de partager

10 adresses bruxelloises pour le plaisir de partager

Chez Otäp, les tapas se font raffinées. | © Ötap

Food et gastronomie

Au beau milieu d’une visite de la capitale, à l’heure forcément assoiffée de l’apéro où en fin de soirée, quand on a les crocs, on surpasse le désir ardent d’une « portion mixte » pour s’offrir une vraie planchette de qualité ou des tapas, pas forcément espagnols.

 

Face à la carte, c’est l’angoisse. Celle des indécis, des torturés de l’estomac, des déçus d’avance et des « choisissez-pour-moi » qui vous prend alors que tout avait si bien commencé, un verre déjà posé devant soi, les coudes attablés et les papilles en fête. Ah, si l’on pouvait tout commander, ou presque ! C’est pour ces tourmentés du menu qu’ont poussé, comme des herbes folles, quelques adresses qui multiplient les (bons) petits plats à goûter, partager et faire tourner pour le plaisir littéral de becqueter avec sa tribu ou son élu(e). Local, convivial, rital ou bien « bestial », voici notre sélection des meilleurs restaurants et bars bruxellois où les tapas et les planchettes font la loi.

Tero, rue St. Bernard 1, 1060 Saint-Gilles

Créé en 2014 à Bierges, Tero s’est doté en septembre 2017 d’une deuxième adresse à Bruxelles, à deux pas de la place Stéphanie. Depuis lors, le restaurant durable ne désemplit pas. En plus d’offrir un espace à la fois contemporain et cosy, Tero propose en effet une cuisine rythmée par les saisons, avec des produits locaux issus, entre autres, de la ferme bio associée au concept. Résultat : une vingtaine d’assiettes, chaudes ou froides, mais toujours colorées.

SemSom, rue Lesbroussart 95, 1050 Ixelles

Sur un coin de la rue Lesbroussart, qui voit naître les nouveaux concepts tous les mois, SemSom revisite la cuisine libanaise, avec une petite touche bien de chez nous. Présentés dans un comptoir en verre, les nombreux plats froids sont un supplice pour les indécis. Solution ? Choisir l’assiette découverte, à diviser entre les copains présents. Hummus classique ou à la betterave, caviar d’aubergine ou moutabal – sa version fumée – saupoudrée de graines de grenade, tabouleh, salade de lentilles… Si la cuisine est surtout végétarienne (à quelques exceptions près), elle conquerra tout de même les omnivores, tant les saveurs et le choix sont variés.

Lire aussi > 5 adresses pour bruncher à Bruxelles hors des sentiers battus

DJO, chaussée de Charleroi 227, 1060 Saint-Gilles

Il n’est pas rare de voir « un petit verre » entre amis se transformer en apéro imprévu qui s’éternise. Si la faim se fait ressentir assez rapidement, l’envie de rester assis pour profiter du moment est, elle aussi, bien présente. Chez DJO, ce dilemme n’existe pas. Derrière ce concept de « bistro-bar », se trouvent deux amateurs de bonne cuisine (et d’apéros interminables) : Louis Jones et Maxime Grell. Ce nouveau repère convivial propose, en plus d’une carte bien fournie en bières de microbrasseres, cocktails audacieux et vins biologiques, des produits locaux qui font évoluer les assiettes au fil des saisons et de leurs rencontres avec les producteurs. Les deux amis ont également bien étudié le cadre de leur établissement : à l’avant, une cuisine ouverte où le chef Mathieu s’active derrière les fourneaux, à l’arrière, son petit plus ; une terrasse sur laquelle on s’imagine bien passer les soirées chaudes d’été.

Le Local, rue de la longue haie 51, 1000 Bruxelles

Au Local, c’est un autre duo, féminin cette fois-ci, qui s’escrime à faire des petits plats des grands, notamment le mercredi, où la formule « tapas » déloge la carte habituelle. Aubane et Laura, accompagnées pour l’occasion du chef Youri, ont rebaptisé le « petit jour » « Marrecredi » et chassent la morosité du milieu de semaine avec des concoctions format réduit, mais délice garanti. Au menu – directement connecté aux saisons – de cette semaine : chèvre frais poêlé, boulettes de veau rôties et crème de carotte, et le plaisir signature de la maison, des roskas carnivores ou veggies. Pour les plus chanceux, une place en terrasse, mais pour tous, la garantie d’une cuisine récompensée de trois toques par le durable label Good Food. Le Local est également le « Best Gastronomic concept of the year » de la Ville de Bruxelles.

Grizzly, parvis de la Trinité 10, 1050 Ixelles

Parce qu’il n’y a pas que le petit déjeuner, le diner et le souper pour les affamés, Grizzly s’est installé face à l’église de la Trinité du quartier du Châtelain pour satisfaire toutes les petites et grandes faims, à midi comme à minuit. Nouveau venu dans cette oasis des « tablées-concept » à Bruxelles, ce gastro-pub qui n’a de bestial que le nom donne l’opportunité de s’installer dans une brasserie joliment retapée aux cuisines grandes ouvertes. Sept jours sur sept, et au moins douze heures sur 24, on y prépare notamment du poulpe tendre et croustillant à la fois, des nuggets-maison à s’en lécher les doigts et un fort bon « Jamaïcan mule ».

Lire aussi > 5 adresses bruxelloises où la street-food s’est installée entre quatre murs

Ötap, place Albert Leemans 10, 1050 Ixelles

Ode à la jeunese – branchée – qui gravit petit à petit le classement des meilleures adresses bruxelloise. Chez Ötap, rien ne laisse présager que le chef n’a que 21 ans : ni la décoration épurée qui mêle murs immaculés et matériaux nobles, ni les plats que l’on a pour une fois du mal à s’échanger tant ils plaisent aux yeux. Le nom, qu’on croirait nordique, joue aussi à cache-cache dans la carte, où l’on découvre qu’il s’agit en réalité… d’un biscuit philippin. Sashimis et tartare de thon jaune en goguette, côtelettes d’agneau, artichauts poivrade ou encore Bburrata millefoglie : on aimerait goûter à tout, et à vrai dire, difficile d’y résister à des prix qui dépassent rarement les 10 euros par plat.

Saturyay 🐙 @otaprestaurant

A post shared by l’assiette (@l_assiette) on

Humphrey, Rue Saint-Laurent 36-38, 1000 Bruxelles

D’une pierre, deux goûts ! Les mélomanes-gourmets le savent, les bureaux du label PIAS abritent les dernières sorties vinyle, à acheter directement sur place, tandis que son voisin direct – que l’on rejoint par un petit vestibule – cache une carte plutôt raffinée d’assiettes à partager… pour le plus grand bonheur des artistes en visite. « Old school », à la philipinne, avec de la poitrine de porc au kimchi et de la cervelle de taureau, léger avec de la salicorne ou du poulpe, ou encore « Umami-style » avec des plats inspirés de la « cinquième saveur », Humphrey se débrouille pour servir des assiettes à la présentation délicate et aux goûts parfois surprenants. Le cadre feutré et le jardin intime sont idéals pour un premier ou un centième rendez-vous.

Cipiace, parvis Saint-Gilles 49A, 1060 Saint-Gilles

Buonasera ! Dans ce tout petit bar du parvis de Saint-Gilles, on est souvent accueilli avec l’accent italien, mais surtout des bons produits. On les devine sur les tables en entrant, jalousement gardés par leurs dégustateurs du moment. Des antipastis froids, chauds et de grandes planches à partager se battent pour la meilleure place sur le menu, qui offre également une poignée de plats complets pour les plus gourmands. Le must : déguster le tout un cocktail à la main, le savoir-faire des mixologistes du cru y passant étant bien connu des amateurs bruxellois.

Apero Bday girl 👸🏻 #italianfood #birthdaygirl #brussels

A post shared by Charlotte Zoao (@chazoa) on

Lire aussi > Cocktails : Les meilleures adresses bruxelloises

La Fruitière, rue du Marché au Charbon 99-103, 1000 Bruxelles

Injustement qualifié de simple « bar à fromage » à son ouverture, voilà un an, La Fruitière est bien plus que cela : le repère d’une mère et de son fils, la caverne d’Ali Baba du fromage suisse et une vitrine de produits belges qui ne lésine par sur la qualité. Puis, dans une vaste pièce de la fromagerie, il y a, il est vrai, ces larges tables en bois où l’on meurt d’envie de s’installer pour déguster la sélection pointue de frometons du duo. D’autant que ce dernier sait exactement comment accorder les bières bruxelloises avec les fromages locaux et ceux, un peu moins, qui refont découvrir le terroir du Jura franco-suisse, par exemple.


Lire aussi > Qui l’eût cru : les fromages suisses et les bières bruxelloises sont vraiment faits pour s’entendre

Contrebande, place Fernand Cocq 6, 1050 Bruxelles

Au-dehors, la place Fernand Cocq sert de tampon dynamique entre une porte de Namur vrombissante et une place Flagey embouteillée – de voitures et de bars. Au beau milieu de tout ce vacarme, la Contrebande fait office de troquet du bonheur, tantôt joyeusement calme, tantôt festif comme des retrouvailles. Son atout bien caché : une cour tranquille revêtue de bois, où on finit rapidement par enchainer les conseils brassicoles des bartenders. Mais cerise sur le gâteau, en plus d’être bien abreuvé, on y est également toujours bien servi, juste à côté de la petite cuisine où se relaient les produits de Stock, le camarade magasin bio d’en face, et la générosité des cuisiniers. Lui aussi labellisé « Good Food », le tableau des suggestions propose des planches carnivores où pâtés, saucissons et jambons font la file, fromagères, véganes ou mixtes, ainsi que des tapas maison. Bref, le meilleur des mondes.

CIM Internet