Paris Match Belgique

La mythique friterie Antoine va disparaître pour mieux renaître

Le célèbre pavillon dominait la place Jourdan depuis 1990. La Maison Antoine, elle, fait la frite et le beau temps depuis 1948 | © Capture d'écran

Food et gastronomie

Que les amoureux du cornet de frites mayonnaise le plus célèbre de Bruxelles se rassurent : il n’est pas question de remiser la graisse de bœuf au rayon des souvenirs « d’un temps où Bruxelles brusselait ». La friterie Antoine va être détruite pour être reconstruite. Plus moderne et un pas plus loin. 

Ce lundi 13 mars 2017, la file devant la friterie Antoine est comme d’habitude : longue et disciplinée. Le temps de commander son cornet, sa fricandelle et d’aller manger le tout à la terrasse d’un des cafés avoisinants ou simplement de prendre le temps de les déguster un banc. Et ce rituel dure depuis près de 70 ans ! En effet, la maison la plus célèbre de Bruxelles pour ses frites existe depuis 1948 lorsqu’Antoine Desmet et son épouse s’installe sur la place Jourdan. On est encore loin du pavillon actuel et encore plus loin du futur bâtiment prévu pour septembre 2017 et d’une valeur de plus de 300 000 euros.

Voir aussi > L’interview Street Frite de Maximilien de Top Chef 8

À l’époque, des frites et deux sauces dans une petite caravane. C’est le début d’une success-story qui fera même écrire au New York Times qu’il s’agit « des meilleures frites du monde ». La réputation se répand et en 1990, la troisième génération de Desmet construit l’actuel pavillon pour satisfaire une demande de plus en plus grande. Qui ne faiblira jamais. À tel point que 27 ans plus tard, il était temps de donner une nouvelle jeunesse la friterie pour répondre aussi aux nouvelles demandes des clients.

Comme l’explique nos confrères de la Dernière Heure, le nouveau bâtiment permettra de s’abriter en cas d’intempéries pour manger sur place. Une petite révolution pour les habitués car « chez Antoine, tu achètes et tu vas consommer ailleurs ».

La démolition et la reconstruction s’inscrivent dans un projet plus large de rénovation du quartier qui verra la place passer en semi-piétonnier avec plus d’espace pour les terrasses et plus de vert.

En attendant la construction du nouveau bâtiment, la friterie déménage dès ce mardi dans un foodtruck à quelques pas. De quoi ne pas frustrer les habitués et les touristes à la recherche de la frite dorée d’ici la prochaine rentrée.

Mots-clés:
friterie Maison Antoine
CIM Internet