Une première étoile Michelin pour un restaurant pakistanais

Une première étoile Michelin pour un restaurant pakistanais

Asim Hussain

L'établissement ne sert qu'un seul type de cuisine parmi les nombreuses spécialités régionales de son pays. | © ISAAC LAWRENCE / AFP

Food et gastronomie

Le restaurant New Punjab Club a obtenu une étoile à l’édition Hong Kong-Macao du Michelin à peine 18 mois après son ouverture. Une réussite qui a fait les gros titres au Pakistan.

 

C’est en partie grâce aux vieux fours en terre cuite de son père qu’Asim Hussain, restaurateur à Hong Kong, a réalisé un rêve : obtenir pour son établissement la première étoile Michelin jamais décernée au monde à un restaurant pakistanais. Il espère que ce succès permettra de donner un coup de projecteur à une cuisine souvent ignorée.

« Il est d’une génération qui ne jette rien »

Asim Hussain, 33 ans, co-dirige un groupe qui comptait déjà une vingtaine de restaurants à Hong Kong dans son portefeuille quand il a décidé de se lancer dans son aventure la plus personnelle et la plus risquée : un établissement servant les plats du Punjab, berceau de sa famille au Pakistan où il fut envoyé en internat à six ans.

Lire aussi > Voir Peshawar, et goûter aux plus succulents barbecues du Pakistan

C’est son père qui lui a suggéré de récupérer les deux tandoor, fours servant à la préparation de plats tandoori, qui prenaient la poussière dans son restaurant aujourd’hui fermé. « Il est d’une génération qui ne jette rien », dit Asim Hussain. « En fait, on a des meilleurs résultats qu’avec des fours neufs car ce genre de choses se bonifient avec l’âge », ajoute-t-il dans son restaurant décoré de tableaux de peintres pakistanais.

Avec ses tandoor, fours servant à la préparation de plats tandoori, l’établissement sert des plats originaires du Punjab. © ISAAC LAWRENCE / AFP

Humble et authentique

Ces fours, des fréquents aller-retour avec Lahore pour perfectionner les recettes et l’embauche du chef Palash Mitra ont valu au New Punjab Club une étoile à l’édition Hong Kong-Macao du Michelin à peine 18 mois après son ouverture. Cette réussite a fait les gros titres au Pakistan, où il est peu probable qu’un restaurant obtienne une telle distinction dans un avenir proche et où les chefs se sentent de longue date ignorés, dans l’ombre des cuisines reconnues de l’Inde voisine.

Lire aussi > Michelin au masculin : À la course aux étoiles, où sont les femmes ?

M. Hussain est prompt à souligner que son établissement ne sert qu’un seul type de cuisine parmi les nombreuses spécialités régionales de son pays, les plats épicés et souvent bien lestés en viande du Punjab. La facture n’est pas non plus aérienne, y dîner peut coûter jusqu’à une centaine d’euros par tête. « Je ne suis pas arrogant ni ignare au point de prétendre que c’est le meilleur restaurant pakistanais au monde. Il y a de meilleurs restaurants pakistanais que celui-ci au Pakistan », ajoute-t-il. Malgré tout, cette étoile est une « grande source de fierté » pour les 18 000 Pakistanais de Hong Kong, selon lui.

« Je plaisante avec les gars et je dis : ‘On est le premier restaurant punjabi pakistanais à obtenir une étoile, ne soyons pas le premier à en perdre une.' » © ISAAC LAWRENCE / AFP

L’arrivée du Michelin et d’autres guides gastronomiques occidentaux en Asie n’a toutefois pas été sans controverse. Les esprits chagrin reprochent souvent aux critiques de faire la part belle aux normes culinaires, goûts et style de service occidentaux. Asim Hussain explique que le plus dur commence. « Je plaisante avec les gars et je dis : ‘On est le premier restaurant punjabi pakistanais à obtenir une étoile, ne soyons pas le premier à en perdre une' ».

 

Avec Belga

CIM Internet