Daniela Soto-Innes remporte l’absurde trophée de « Meilleure Femme Chef du Monde »

Daniela Soto-Innes remporte l’absurde trophée de « Meilleure Femme Chef du Monde »

daniela soto-innes

La Mexicaine Daniela Soto-Innes. | © Capture d'écran Instagram / @danielasotoinnes.

Food et gastronomie

Un classement parallèle et ô combien controversé.

Chaque année, le World’s 50 Best fait le classement des meilleurs restaurants du monde. Depuis neuf ans, une sélection parallèle et des plus absurdes récompense les femmes dans le milieu de la gastronomie. Le 24 avril, Daniela Soto-Innes a remporté le prix de « Meilleure Femme Chef du Monde 2019 ». « Daniela confirme un talent immense, une force de travail et d’engagement unique auprès de ses équipes au sein de Cosme [son restaurant à New York]. Grâce à son énergie sans égal, elle sera incontestablement une force de changement afin que les femmes soient plus respectées et reconnues dans le monde de la restauration », a confié Hélène PIetrini, directrice monde des World’s 50 Best, dans un communiqué. Elle succède ainsi à la Nord-Irlandaise Clare Smyth et aux Françaises Hélène Darroze et Anne-Sophie Pic. Cette sélection controversée porte tout de même à penser que les femmes n’ont pas à concourir dans la même catégorie que les hommes. Il n’y a pas, à proprement parler, pas de catégorie « Meilleur Homme Chef » …

Lire aussi > Michelin au masculin : À la course aux étoiles, où sont les femmes ?

« Je suis reconnaissante de recevoir ce prix car il me donne l’occasion d’inspirer à la fois ma génération ainsi que les prochaines à venir. Ma plus grande passion est la cuisine, et les femmes et les hommes y travaillent en équipes. Je souhaite plus que tout que chacun prenne conscience de leur plein potentiel, développe leur personnalité et excelle dans leur métier », a confié la grande gagnante en acceptant la distinction.

Une récompense qui porte à confusion

Mexicaine d’origine, Daniela Soto-Innes s’était envolée vers les États-Unis à 12 ans. Vouée à une carrière dans le sport, elle a finalement succombé à sa passion. Après des années de formation, elle ouvre, en 2014, le restaurant Cosme à New York, avec le chef Enrique Olvera. Depuis, elle a reçu trois étoiles du New York Times et son établissement s’est classé, l’année dernière, à la 25ème place du World’s 50 Best.

Lire aussi > À la recherche des femmes chefs : un documentaire qui met la parité au menu

Cette récompense genrée implique que les femmes nécessitent une catégorie à part pour se démarquer des hommes dans le monde culinaire. Alors que le débat autour de la place des femmes dans les cuisines est bien vivant, nul doute que ce genre d’appellation ne va pas aider à changer les mentalités.

CIM Internet