Cuisiner avec sa machine à laver

Au menu : un bon repas et des chaussettes propres ! | © Iftach Gazit

Food et gastronomie

Iftach Gazit, un étudiant de Tel Aviv en design industriel a inventé des sacs sous-vides permettant de préparer ses repas en les mettant simplement dans sa machine à laver.

 

Cuisiner son repas en le mettant dans sa machine à laver ? C’est l’idée farfelue mais pourtant réaliste qu’a eue Iftach Gazit, un jeune étudiant israélien. Baptisés « Sous La Vie », les sacs ont été fabriqués dans le cadre d’un cours de design industriel à l’École des beaux-arts de Bezalel à Jérusalem. Les sacs reproduisent la méthode de cuisson sous-vide et se cuisent donc selon le cycle de la machine. En étant plongés pendant un certain temps dans de l’eau chaude, les aliments cuisent ainsi de manière uniforme sans s’assécher. Et aucune raison de s’inquiéter, les sac sont solides et imperméables. Ainsi, nul risque de retrouver des morceaux de brocolis dans ses chaussettes ou de retrouver son poisson parfumé à la lessive.

Lire aussi > ButterBeer ice cream : la glace qui ravit les papilles des fans d’Harry Potter

Au site Deezen, l’étudiant explique que, par exemple, pour un sachet de viande, il faut programmer sa lessive sur le programme « synthétique » et pour les légumes, sur le programme « coton », un programme plus court. Comme un vêtement, sur chaque sac, on retrouve les températures de lavage recommandées avec les informations nutritionnelles en plus. C’est en faisant des recherches sur les plateaux télé qui ont gagné en popularité après la Seconde Guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui, à l’ère du Netflix & Chill et où on essaye de maximiser notre perte de temps, et après avoir lu des histoires sur les laveries ouvertes H24 servant souvent de refuge pour les sans-abris que le designer a eu cette idée. Il décrit d’ailleurs son invention comme une sorte de “souvenir des foyers perdus et du rêve (Américain)”. « La lessive culinaire ne s’adresse pas uniquement aux sans-abris, mais plutôt à tous : c’est un un produit qui reflète notre goût, notre capacité économique et notre culture » poursuit Iftach Gazit.

Lire aussi > Des étudiants américains ont pour projet d’aller brasser de la bière sur la Lune

 

CIM Internet