Promesses en l’air : 6 produits bio dont il faut se méfier, malgré l’étiquette

Promesses en l’air : 6 produits bio dont il faut se méfier, malgré l’étiquette

produits bio

Les pâtes à tartiner bio ne sont pas (toujours) celles que vous croyez. | © Flickr / Marco Verch Professional Photographer and Speaker

Food et gastronomie

Dans son prochain hors-série, le magazine 60 millions de consommateurs épingle le secteur bio et met en garde contre ses « montagnes de promesses ».

C’est devenu la mode, l’exemple à suivre, mais surtout la garantie d’un produit sain, dénué de pesticides, additifs et autres ingrédients nocifs pour la santé ou la planète. « À l’heure où les scandales alimentaires s’enchaînent, le logo bio fait figure de Graal », lâche 60 millions de consommateurs dans son hors-série de juillet-août consacré au « Meilleur du bio ». « Pourtant il est loin d’être sans failles. »

En passant au crible 130 produits alimentaires issus de l’agriculture biologique, le magazine français a épinglé des dizaines de marques qui sont loin de respecter leurs engagements vis-à-vis du consommateur. « En optant pour le bio, le consommateur devrait avoir la garantie d’acheter responsable d’un point de vue aussi bien nutritionnel qu’écologique ou éthique », souligne sa rédactrice adjointe, Christelle Pangrazzi, citant plusieurs dérives comme l’exploitation de travailleurs immigrés ou l’utilisation de l’huile de palme.

Lire aussi > Autorisés dans les produits bio, les pesticides sont-ils devenus inévitables ?

Face au constat qu’un produit doté du label AB coûte souvent plus cher qu’un produit conventionnel, le magazine dénonce « l’argument marketing de poids » qu’est devenu le précieux sésame, rapporte l’AFP. « L’heure n’est plus aux montagnes de promesses, si bio soient-elles », ajoute-t-on, pointant du doigt plusieurs produits dont l’étiquette – quoique bio – ne dit pas tout sur ce que contiennent réellement ces produits.

Le lait

« Manger exclusivement bio est une utopie, pour des raisons économiques, mais aussi parce que toutes les denrées ne sont pas disponibles », estime le magazine édité par l’Institut national de la consommation (INC). Parmi les produits épinglés lors de l’enquête, 60 millions de consommateurs mentionne le lait, « loin d’être tout blanc ». Si les essais n’ont trouvé ni médicaments ni pesticides dans les quelques marques analysées, le magazine affirme avoir détecté « la présence de polluants, y compris dans les laits bio ». Comme le détaille la revue spécialisée dans un article annexe, de nombreux aliments bio sont touchés par la pollution, certains étant particulièrement chargés en dioxines et polychlorobiphényles (PCB).

lait bio
© Pexels / Burst

La pâte à tartiner

Vous pensiez faire une bonne action en renonçant au Nutella pour une pâte à tartiner bio, vegan et sans gluten ? Là encore, les apparences sont trompeuses. Car si elles demeurent meilleures d’un point de vue qualitatif et nutritionnel que certaines marques industrielles, leurs recettes ne sont pas toujours exemptes d’huile de palme, un ingrédient dévastateur pour l’environnement. Parmi les six pâtes à tartiner biologiques pointées par l’enquête, aucune n’est recommandée.

Lire aussi > Huile de palme : Ces multinationales continuent à détruire les forêts indonésiennes

Les œufs

Comme pour le lait, les œufs sont également touchés par la pollution. « De façon assez surprenante, nos tests portant sur 9 boîtes d’œufs, dont 6 issues de l’agriculture biologique, révèlent une plus grande contamination de ces derniers par les polluants extérieurs », dont les dioxines et les polychlorobiphényles (PCB), explique le magazine. Une preuve que le plein air n’est pas toujours un gage de qualité.

oeufs bio
© Unsplash / Danielle MacInnes

Le jus de fruits

Trop sucré, pauvre en vitamines et minéraux, le jus de fruits est pourtant perçu comme une boisson saine et équilibrée. À tort, préviennent les spécialistes depuis maintenant plusieurs années. Et ce, même quand il s’agit de jus dotés du label bio. « Le principal ingrédient est souvent l’eau et la teneur en sucres côtoie dangereusement les limites journalières préconisées », prévient 60 millions de consommateurs.

Lire aussi > Arrêtons de penser que le jus de fruits est bon pour la santé

Les biscuits apéro

Le fait de consommer des chips ou autres crackers bio à l’apéro vous soulage probablement la conscience. Sachez cependant qu’ils « ne sont pas moins salés que leurs homologues conventionnels », explique le magazine français. « Ils recèlent aussi des sucres cachés et peuvent contenir de l’acrylamide, une substance née de la cuisson à partir de 120°C soupçonnée d’être cancérogène », poursuit-il. Le mensuel rappelle également que « bio » ne veut pas forcément dire « sain et équilibré ». Ainsi, les chips tout comme les pizzas ou les sucreries demeurent souvent trop salées/sucrées et faibles sur le plan nutritionnel.

biscuits apéro bio
© Unsplash / Jennie Brown

Le vin

Afin d’éviter les pesticides, sulfites et autres intrants présents dans les vins conventionnels, de plus en plus de consommateurs font le choix du vin issu de l’agriculture biologique. Mais prudence, rappelle le mensuel de défense des consommateurs, « même en matière de vins, il y a bio et bio ». Dans son prochain hors-série, il appelle ses lecteurs à la vigilance en proposant « des clés pour trier le bon grain de l’ivraie » et faire les bons choix face à une étiquette parfois trompeuse ou incomplète.

CIM Internet