Paris Match Belgique

Cette YouTubeuse empoche des millions en dévorant des montagnes de crustacés

bloveslife

Un festin qui rapporte gros. | © Capture d'écran YouTube / @Bloveslife.

Food et gastronomie

Bloveslife, YouTubeuse de son état, s’empiffre de crustacés en tous genres devant des millions de personnes. Un business pas si nouveau et qui s’avère hyper lucratif. On vous prévient, ses vidéos nous ont instantanément coupé la faim.

Coquillages, crustacés et, surtout, un océan de dollars. La Youtubeuse Bloveslife, de son vrai nom Bethany Gaskin, s’est fait la spécialité de manger d’énormes quantités de fruits de mer face caméra et de poster ses vidéos sur la plateforme. Bingo, apparemment certains adorent la regarder s’empiffrer et ça rapporte gros, très gros, comme nous l’explique The New York Times. Son clip le plus populaire dure pas moins de 36 minutes, totalise 11,7 millions de vues et implique un sacré paquet de crustacés. Elle y dévore, face à ses 1,8 million d’abonné(es) et le reste d’internet, une quantité de nourriture qui donne le tournis : deux kilos de crabe royal, 500 grammes de moules, 500 grammes d’huîtres, 500 grammes de palourdes, 500 grammes de crevettes et deux queues de homard. Un festin qui a son coût, soit 180 euros. Mais qui rapporte un sacré paquet, soit près de 900 000 euros.

Lire aussi > Le YouTubeur qui gagne le plus d’argent n’a que 8 ans (et il teste des jouets)

À la découverte du mokbang

Cette pratique qui fait sacrément flipper ne date pas d’hier et a un même un nom : le mokbang (« mok » signifie manger et « bang » signifie chambre), qui consiste à manger des quantités pantagruéliques de nourriture face caméra. S’en suivent des petits « slurp » et autres bruits signifiant l’extase que c’est d’avaler les aliments choisis. Il nous vient de Corée du Sud, où les afficionados de la pratique se comptent par centaines, et s’apparente à du « voyeurisme gastronomique ». La Corée du Sud cherche même à réguler le phénomène, celui-ci favorisant l’obésité dans ce pays déjà touché par un grand nombre de personnes en surpoids. Traiditionnellement diffusés en live, les mokbang sont aussi un moyen de converser avec les internautes. Une véritable interaction se crée avec le public.

Pour la diététicienne Theresa Kinsella, interrogée par le NYT, cette glorification de la suralimentation est dangereuse. « Les risques à court terme sont un inconfort physique, une détresse gastro-intestinale, la léthargie et la fatigue », prévient-elle. Sur le plus long terme, les risques sont la prise de poids, des maladies du cœur et le diabète. Gaskin en a toutefois conscience et affirme que le mokbang n’a pour le moment pas de répercussion sur sa santé.

Un dérivé de l’ASMR décrit comme un « médicament »

Elle cite notamment Jasper Daze comme la raison derrière son choix de manger des fruits de mer et lui dédicace sa première vidéo – le YouTubeur est décédé en 2016 à la suite de complications de son diabète.

Les internautes décrivent d’ailleurs souvent les vidéos de Gaskin comme « un médicament ». Pour certains, les vertus relaxantes du mokbang sont comparables à celles des vidéos ASMR. « Les vidéos peuvent m’endormir ou me détendre », témoigne Reese Anthony, un fan de Bloveslife âgé de 34 ans. « Elles me donnent la chair de poule ou des frissons parce qu’elles sont vraiment très relaxantes. »

Lire aussi > ASMR, Fortnite et K-Pop : Ils font la loi sur Instagram

Grâce à sa chaîne, Bethany Gakin a pu quitter son travail. Son mari, sceptique au départ, a lui aussi démissionné et est désormais son manager. « Quand elle a commencé à faire ses vidéos, je pensais que c’était juste un passe-temps », explique-t-il. «Mais lorsqu’elles ont commencé à marcher, cela a complètement changé la dynamique financière de notre famille. En très peu de temps, elle faisait beaucoup plus d’argent que moi. »

CIM Internet