Paris Match Belgique

W Food Festival : « La prochaine vague culinaire sera humaine et viendra de Belgique »

Du 1er au 3 juillet, 22 chefs et 130 producteurs animeront la Citadelle de Namur de leur créativité et de leur technicité culinaire. | © Antoine Melis

Food et gastronomie

Le collectif de chefs wallons Génération W se lance dans l’aventure événementielle avec le W Food Festival. Au programme : respect du produit wallon, ode à la bière et mise en valeur des anonymes de la table.

 

©W Food Festival

Longtemps, on n’avait osé mettre les mots « gastronomie » et « wallonie » côte à côte. Les termes semblaient se moquer l’un de l’autre – le premier, cultivé et fin, rigolant du second, rondouillard et paysan, trop honnête pour prendre au sérieux son voisin. Et puis, il y avait eu Génération W. Rassemblés autour d’une lettre de noblesse, une vingtaine de chefs reconnus bombaient le torse, fiers comme des coqs de leur contrée, si riche en talents et en produits.

Depuis, le groupe s’était fait discret. On l’avait même cru disparu, un temps. « C’est un travail de fond qui s’est fait en sous-marin », explique Sang-Hoon Degeimbre, chef deux étoiles de l’Air du Temps. Car Génération W revient, avec un projet ambitieux et plein de sens à la fois : le W Food Festival. Du 1er au 3 juillet, l’évènement fera se rencontrer la grande cuisine, les petits producteurs et un public aussi large que possible à la Citadelle de Namur. Pile dans l’esprit « des 22 ».

Humain et pluridisciplinaire

Plus que de gastronomie, « à Namur, on parlera d’humain », assure Degeimbre. Il développe, sûr de lui : après l’Espagne et l’ode à la technique, après les pays nordiques et le grand retour du produit, « la prochaine vague sera humaine et viendra de Belgique ». Au-delà du culte de la personnalité dont bénéficient désormais certains chefs, on y fêtera donc aussi toutes les personnes qui gravitent autour des grandes tables, des producteurs wallons au « service, qu’on a tendance à oublier ».

©Antoine Melis – Parmi les 22 chefs de Génération W, Pierre Résimont de l’Eau vive, Laury Zioui de l’Éveil des Sens, ou encore Ludovic Vanackere de l’Atelier de Bossimé.

Ceux qui remplissent les verres aussi, et plus spécialement ceux qui portent col blanc et veste dorée. Pour cette première édition, le W Food Festival a choisi de mettre à l’honneur une brasserie, familiale et moderne : celle des Bertinchamps. En s’essayant à l’art du food pairing – qui consiste à associer un mets et une boisson – et à travers la création d’une bière « W », blonde en édition limitée et portant une « San touch ».

Lire aussi > L’eau à toutes les sauces dans la cuisine de San Degeimbre

Accessible et ouvert

Durant les deux premiers jours, à raison de dix chefs par jour, le festival permettra à tous de goûter aux produits du terroir, purs ou travaillés, en bouchées hyper-accessibles (8 euros le petit plat, doublé d’une entrée entre 8 et 10 euros). Le but ? « Combattre le fait de croire que la gastronomie est inaccessible » et « casser les barrières ». Pour ceux qui seront prêts à mettre la main au portefeuille, chacune des deux journées sera clôturée par un repas de gala rassemblant tous les chefs en cuisine, pour une expérience gastronomique à 200 euros le couvert.

Génération W est devenu une porte d’entrée sur la Wallonie

Fait étonnant dans un tel évènement, le W Food Festival est « kids friendly ». Ils auront même leur propre cuisine et la possibilité de réaliser et goûter en ateliers la cuisine des chefs.

Parmi les 4 000 visiteurs espérés, il y aura donc le public local – petits et grands gourmets -, mais aussi, des internationaux avides de découvrir cette fameuse « Wallonie, terre d’influence ». « Génération W est devenu une porte d’entrée sur la Wallonie », clame l’un des organisateurs, ne s’attardant qu’un court moment sur la précédente édition avortée.

©Antoine Melis

San Degeimbre rassure quant à lui : « Génération W n’est pas communautaire : il y aura des Flamands, des Wallons et des Bruxellois ». Un beau melting-pot comme on les aime, en somme – bien qu’il semble manquer de cette fameuse « cuisine féminine » dont on aime nous parler dans chaque émission culinaire, puisqu’aucune femme ne figure parmi les chefs.

Lire aussi > Quatre cantines d’étoilés

Pédagogique et « show »

Le W Food Festival a aussi l’ambition de donner un écho wallon au MAD suédois, ce grand festival « showesque » à la TEDx. Le troisième jour, la Citadelle prendra des allures de congrès « humaniste et intimiste », où les démonstrations n’excéderont pas 18 minutes et sortiront « les cuisiniers de leur zone de confort », selon le chef Degeimbre. Et ce dans l’espoir de créer un évènement annuel respecté, tout comme le sera le produit wallon tout au long de cette première édition.

Lire aussi > TED(x) et le retour du « grand discours »

CIM Internet