Paris Match Belgique

La réponse piquante du guide Michelin, attaqué en justice par le chef Marc Veyrat

Marc Veyrat en février 2018. | © JACQUES DEMARTHON / AFP

Food et gastronomie

Le chef cuisinier français Marc Veyrat a décidé de poursuivre en justice le Guide Michelin pour connaître « les raisons exactes du déclassement » de son restaurant « La Maison des Bois » à Manigod (Haute-Savoie), auquel avait été retirée en janvier sa troisième étoile, a annoncé son avocat lundi.

À la suite de ce déclassement, Marc Veyrat avait demandé à ne plus figurer dans le célèbre guide. « Pourtant, on n’a jamais été aussi bon. Nous avons une belle équipe. Les retours de mes clients sont excellents », s’était alors étonné le toqué. « Je reste terriblement déçu, dans l’incompréhension totale et injuste de cette destitution de la 3e étoile du Guide Michelin. Je reste combatif et présent dans ma cuisine avec mon équipe. »

Lire aussi > Cyril Lignac tacle violemment le Guide Michelin après la fermeture de son restaurant étoilé

L’homme au chapeau noir de 68 ans avait décroché le saint-graal l’an dernier seulement. L’audience en référé (procédure d’urgence) devant le TGI de Nanterre est prévue le 27 novembre, selon l’avocat. Lors de la cérémonie officielle de présentation de l’édition 2019 du guide Michelin pour la France, « L’Auberge de l’Ill » à Illhaeusern (Alsace) et « L’Astrance » à Paris avaient également été rétrogradés au stade de deux étoiles.

« Nous regrettons sa persévérance déraisonnable »

Dans un communiqué transmis au Dauphiné Libéré, le célèbre guide a répondu au chef français.  « Huit mois après la publication du guide Michelin et trois mois après avoir proféré un ensemble d’accusations contre les conditions de cette évaluation, Monsieur Veyrat a décidé de saisir la justice, non pas sur le fond, pour nous reprocher une quelconque faute mais pour réclamer des pièces pour l’aider à fonder une accusation. Cette démarche illustre le fait qu’il ne disposait d’aucun élément au moment où il formulait ses accusations et jusqu’à ce jour », peut-on y lire.  « Nous comprenons la déception de Monsieur Veyrat dont nul ne conteste le talent même si nous regrettons sa persévérance déraisonnable à accuser et à communiquer bruyamment. Nous voulons rappeler que notre premier devoir consiste à informer les consommateurs ce qui nous a amené à revoir notre recommandation. Nous allons étudier ses demandes avec attention et y répondre sereinement. »

Avec Belga

CIM Internet