Paris Match Belgique

Cueillette des champignons : Attention, danger

champignon

Mieux vaut prévenir que guérir. | © Annie Spratt/Unsplash

Food et gastronomie

Êtes-vous sûrs de bien savoir reconnaître les champignons ?

 

Les températures douces de ces derniers jours vous encouragent à vous promener dans les bois à la recherche de champignons ? On ne vantera jamais assez les balades en forêt mais attention cependant à la cueillette de cet aliment ultime de l’automne qui doit se faire de manière très avertie sous peine d’être intoxiqué par des champignons non comestibles. Les appels au centre antipoison se multiplient, donc mieux vaut prévenir que guérir.

Lire aussi > Champignons hallucinogènes et méditation, meilleurs alliés contre la dépression qui nous guette

Déjà plus d’appels que l’an passé

Depuis le début de l’année, le centre antipoison a déjà reçu 373 appels concernant des problèmes liés aux champignons. « Au mois d’octobre, il y en avait 163, jusqu’à mercredi passé, et sur cette dernière semaine 50″, nous indique le centre. C’est énorme. Sur l’ensemble de l’année 2018, la permanence en a recensé 325. D’autant plus que les sorties cueillettes ne sont pas près d’être finie puisqu’arrive seulement novembre, l’un des gros mois pour trouver des champignons dans les bois. « Il y a beaucoup de champignons dans la nature, à cause du mois de septembre humide et il y a donc beaucoup d’accidents. Plus de la moitié des victimes sont des enfants qui cueillent un champignon et le mettent dans leur bouche lors d’une promenade ou d’un voyage scolaire ».

Pour ne rien risquer, le meilleur moyen reste de laisser derrière vous ces beautés naturelles. Et si vraiment vous désirez en récolter pour votre omelette du soir, le mieux reste de les faire vérifier par des spécialistes. Si vous avez dans votre entourage un maraîcher ou un mycologue qui saura peut-être vous renseigner, tant mieux.  Sinon, à vos risques et périls pour identifier les champignons dont il existe des milliers d’espèces. « Nous ne connaissons pas nous-mêmes la toxicité de tous les champignons, mais nous sommes aidés par des mycologues pour l’identification des espèces », informe le centre antipoison qui ne pourra donc sans doute pas répondre directement à vos questions si vous l’appelez. Il existe cependant une liste assez détaillée des champignons toxiques que l’on peut trouver en Belgique. Cela permettra peut-être de vous aider.

Mais les spécialistes mettent en garde : le seul moyen de distinguer les champignons toxiques des champignons comestibles est d’avoir des connaissances précises sur les caractères distinctifs des différentes espèces. Participer aux activités d’un cercle de mycologie vous permettra, au fil des promenades, des expositions et des séances d’identification, d’acquérir de bonnes connaissances de base au contact de personnes compétentes. Ne vous fiez pas à la consultation d’un livre: il est illusoire et dangereux pour un néophyte de déterminer un champignon à l’aide de quelques photos.

Que faire en cas d’intoxication ?

Si vous êtes plutôt sûrs de vous et que vous décidez malgré tout d’aller en cueillir, plusieurs recommandations sont à suivre. D’abord, examinez les champignons un par un. « Il suffit de quelques exemplaires toxiques égarés dans un panier de comestibles pour entraîner une intoxication », prévient le centre antipoison. Privilégiez les champignons sains et pas trop âgés. « Il ne faut pas cueillir d’exemplaires véreux, détrempés ou saisis par le gel : des champignons habituellement comestibles peuvent devenir toxiques une fois vieillis ou gelés ». N’oubliez pas non plus d’utiliser pour la récolte des récipients aérés comme des paniers. « Les champignons sont des aliments très fragiles, facilement contaminés par des bactéries. N’utilisez pas de sacs en plastique car les champignons s’y altèrent rapidement et deviennent inconsommables ». Enfin, préférez les endroits secs et aérés pour les conserver. 

Lire aussi > 5 astuces naturelles et infaillibles pour booster vos défenses immunitaires cet automne

Les syndromes de l’intoxication ne sont pas toujours évidents à déterminer. « Souvent, vous ne ressentez rien pendant les premières heures, mais les toxines attaquent déjà les reins et le foie. Nausées, étourdissements, problèmes intestinaux et avec certains champignons hallucinations sont des symptômes qui apparaissent immédiatement ou peu de temps après (quelques heures) », précise le centre. En cas de doute, n’hésitez pas à téléphoner au centre antipoison (070/245.245) et n’oubliez pas de prendre des photos des champignons que vous avez cueillis, au cas où.

CIM Internet