Paris Match Belgique

5 aliments pour lutter contre le froid qui se pointe (et ne surtout pas tomber malade)

thé vert

Image d'illustration. | © Unsplash / Phuong Nguyen.

Food et gastronomie

Avec l’arrivée du froid déjà quasi polaire, nous sommes tous à la recherche du remède miracle (qui n’existe pas) pour échapper aux maladies de l’hiver. Mais pour donner un coup de boost à son organisme, certains aliments font néanmoins des merveilles en renforçant notre bouclier naturel contre les microbes. On les inscrit donc d’urgence à son menu.

Le kiwi

Kiwi ou pas, le fruit doit faire partie intégrante de notre alimentation quotidienne, sous peine d’être victime de carence en vitamines C. Vous vous sentirez fatigué et êtes plus vulnérable en attrapant plus facilement les pathologies typiquement hivernales comme les rhumes, angines ou pharyngites. Et de la vitamince C, il y en a un paquet dans la petite boule verte ou jaune, qui est l’un des fruits les plus riches en acide ascorbique – bien plus que l’orange notamment. Il a également l’avantage de disposer d’une peau qui protège la vitamine C contre les agressions de l’environnement afin de conserver un taux de vitamine C très intéressant.

kiwi
© Unsplash / Lewis Fagg.

Le gingembre

Utilisée en médecine traditionnelle orientale, la racine de gingembre est conseillée pour ses vertus antitussives naturelles. Une tisane à base de ce rhizome contribue à débloquer les bronches et à contrer l’inconfort respiratoire. Le gingembre est un aliment efficace, non seulement pour combattre la fièvre due à la grippe, mais aussi les nausées. En dehors de nos cuisines où le gingembre est une épice qui parfume de nombreux plats, la racine peut se consommer en décoction, par exemple, infusée durant 5 minutes au minimum, après un repas afin de faciliter la digestion. Pour les mêmes effets, le gingembre peut aussi se consommer réduit en poudre, mélangé à du miel ou de la confiture.

Lire aussi > Petit déjeuner : Cet aliment « sain » qu’il faut absolument éviter

Le poivron

Sa teneur en vitamine C atteint des taux records pour un légume : jusqu’à 165 mg par 100 g, soit davantage que le brocoli (110 mg) ou l’épinard (40 mg). Et la précieuse vitamine combat non seulement la fatigue mais possède également des propriétés antivirales. Quelques lamelles parsemées dans vos plats renforceront donc votre armure anti-microbes. Mais attention : il faut privilégier le poivron cru. Une fois cuit, il délivre deux fois moins de vitamine C. En revanche, les intestins délicats ne le supportent pas toujours car ses fibres sont irritantes. Pour mieux le digérer, retirez donc sa peau et ses pépins.

poivrons
© Unsplash / Silvia Agrasar.

L’ail

L’ail est un aliment miraculeux qui combat la grippe et le rhume, et qui donne de la force au système immunitaire en favorisant la production de globules blancs. Il est également antibactérien et antiviral. Il peut être combiné avec d’autres aliments, comme l’oignon et le piment, ou l’on peut l’avaler tel quel avec de l’eau, tout comme un médicament. Si vous n’aimez pas son goût, ou si vous voulez éviter une haleine à assommer vos proches, choisissez alors de le consommer en comprimés offerts en pharmacie.

Lire aussi > On sait enfin pourquoi tant de gens détestent la coriandre

Le thé vert

Les feuilles du théier fourmillent de flavonoïdes qui sont dotées de propriétés antibactériennes et antivirales démontrées. Elles contiennent aussi de la théanine, un composé immunostimulant. Buvez vos infusions de thé à distance des repas (2 h après) afin de ne pas perturber l’absorption du fer des aliments, nécessaire pour contrer le froid et la fatigue.

CIM Internet