Paris Match Belgique

Comment réussir la tasse de café parfaite, selon la science

comment réussir la tasse de café parfaite

La sacrosainte tasse de café. | © Fang-Yuan Chuang/Unsplasj

Food et gastronomie

Une histoire de grains moulus.

 

C’est le secret que tous les amateurs de café ont souhaité percer depuis toujours : comment réussir le parfait café ? Chacun y a toujours été de sa petite théorie, en cafetière classique, italienne ou en presse française. On s’attendait à ce qu’un barista nous livre le Graal de la recette du café parfait. Pourtant, ce sont des universitaires mathématiciens et physiciens qui se sont penchés sur la question et qui affirment avoir levé le voile. Et ils ont livré leurs expérimentations et leur recette parfaite dans la revue Matter, relayée par The Independent.

Lire aussi > 6 manières de réutiliser votre marc de café

Le calvaire, dans la quête du café parfait, c’est de réussir à reproduire exactement plusieurs fois la même expérience de suite pour avoir des tasses de café qui ont toujours le même goût. Et c’est sur ce paramètre que Jamie Foster, un mathématicien de l’université de Portsmouth, en Angleterre, s’est concentré. Au point qu’il a élaboré une théorie mathématique pour décrire la manière dont le café était libéré de la poudre du café moulu.

tasse de café parfait
Sa technique a été utilisée par des professionnels. ©Kevin Butz/Unsplash

Il est courant de penser que plus on veut un café fort, plus il faut le moudre finement. Or, le spécialiste anglais en est arrivé à la conclusion inverse. « Lorsque les grains étaient broyés finement, les particules étaient si petites que dans certains endroits du « lit de café » qui se trouve dans le fond de votre cafetière, ils bouchaient l’espace où l’eau devait couler », a-t-il expliqué. Or, si l’eau ne s’écoule pas, elle ne peut pas emporter avec elle tout le potentiel du café qui est censé atterrir dans votre tasse. Il a donc décidé de tester l’expérimentation inverse. Il a moulu moins de grains de café mais de manière plus grossière afin de laisser toute la place à l’eau pour se faufiler et d’infuser de manière plus efficace.

De quoi mêler l’utile à l’agréable puisque non seulement il vous promet un goût de café plus constant de tasses en tasses mais en plus, cela coûtera moins cher puisque le café moulu plus grossièrement prend un peu plus de place que le café fin. Il en faut donc moins. À défaut de vous avoir donné LA recette du café parfait, vous savez maintenant comme moudre votre grain pour au moins avoir une constance.

CIM Internet