Paris Match Belgique

Les conseils de Gordon Ramsay pour bien choisir au restaurant

Le chef au langage fleuri livre ses trois règles d'or pour ne pas se faire avoir au restaurant. | © AFP PHOTO / Robyn Beck

Food et gastronomie

Marre de manger à la table maudite près des toilettes ou de perdre ses moyens lorsque le sommelier propose sa carte des vins ? Gordon Ramsay livre ses conseils pour bien dîner en ville.

Évitez les plats hors carte, méfiez-vous des plats affublés de superlatifs et n’hésitez pas à négocier avec le sommelier. Voici les trois règles d’or pour ne pas se faire avoir, selon Gordon Ramsay, chef aux 7 étoiles Michelin et star de la télévision. Il a distillé ses conseils à l’AFP alors qu’il inspectait à Los Angeles le plateau de « The F Word » sa nouvelle émission – copie de sa série éponyme en Grande-Bretagne – dont la première sera diffusée en direct sur Fox ce mercredi, aux États-Unis.

« Les plats qui ne sont pas à la carte ont pour vocation de ne plus être disponibles au fur et à mesure du service. S’il y a 10 spécialités alors ça n’a rien de spécial », assène le chef, au milieu d’un studio qui va être métamorphosé en restaurant d’une centaine de couverts.

Autre conseil, lorsque vous prévoyez un dîner romantique réservez une table pour trois. Vous aurez plus de place et moins de chances de vous retrouver coincés au fond de la salle.

Tirez le maximum du sommelier

Demandez les vins dont l’étiquette est un peu abîmée, les millésimes en passe d’être remplacés ou des vins qui ne se vendent pas bien. « On craint de parler au sommelier par peur de se faire rouler. Dans ce cas demandez lui un verre ou une bouteille en lui imposant un prix. Et assurez-vous que ce n’est jamais plus de 30 dollars », conseille Gordon Ramsay.

« The F word » pour food, family et fun

Si on le voit souvent à la télévision – dans l’une de ses multiples émissions ou en invité de marque – Gordon Ramsay n’est pas un chef d’opérette. Son établissement « Restaurant Gordon Ramsay » à Londres détient trois étoiles au Michelin depuis 2001 et, à l’instar d’autres chefs célèbres, il a bâti un véritable empire culinaire. Il a fait ses classes avec des grands comme Albert Roux et Guy Savoy mais aussi Marco Pierre White, le premier chef britannique à avoir décroché trois étoiles Michelin.

Sa tendance à user de gros mots lui a valu quelques ennuis en Grande-Bretagne quand Channel 4 a diffusé par erreur un épisode de Hotel Hell où il a poussé le même juron 6 fois en 15 minutes en plein après-midi plutôt qu’en soirée quand les enfants sont couchés. Sa réponse à l’AFP sur l’incident était tout aussi colorée, tout comme la bordée de mots choisis quand il explique plus en détail ce qu’il pense de la façon dont on vilipende son « vocabulaire professionnel ». Pour lui c’est de l’hypocrisie et il estime qu’il n’est pas différent « des journalistes, des joueurs de basketball ou de football ou d’instituteurs », qui tous utilisent le langage courant dans leur métier.

La nouvelle émission sera diffusée en direct en prime time et la seule protection de Gordon Ramsay contre la censure sera un délai de transmission de 5 secondes qui doit permettre à un producteur d’insérer un bip sonore pour couvrir un éventuel dérapage verbal. Il risque d’avoir du travail. Gordon Ramsay promet qu’il ne ne réfrènera pas et qu’il ne prendra pas de gants, même si Fox affirme que le F dans « The F Word » n’a rien à voir avec le plus célèbre gros mot de la langue anglaise mais est une abréviation pour Food, Family, Fun.

(Avec Belga)

CIM Internet