Paris Match Belgique

Rencontre avec Sébastien Prijot, un chef belge à la montagne

Si vous vous arrêtez dans cette station située juste en-dessous des Menuires, profitez-en ! | © DR

Food et gastronomie

A Saint Martin de Belleville, magnifique station village du domaine des 3 Vallées , une famille liégeoise a ouvert un hôtel 4 étoiles terriblement séduisant aux clins d’œil subtiles à la Cité Ardente. A la tête de son restaurant, Au Toré, le chef belge Sébastien Prijot. Il nous parle de lui et de son nouveau concept « L’invité ».


Paris Match Belgique. Quel âge avez-vous et quel est votre parcours ?
Sébastien Prijot. J’ai 34 ans. Je suis un autodidacte, mon parcours est celui d’un élève indiscipliné préférant de loin l’ambiance des bars à celle des bancs de classe, ce n’est donc pas l’école hôtelière mais bien les joies de la fête et les plaisirs de la table qui m’emportent très jeune dans le milieu atypique de la restauration. Créatif compulsif et challenger, j’ai vite trouvé ma place derrière les fourneaux et rejoint sans tarder de grands chefs comme Yves Mattagne, Quiqué Dacosta. À 25 ans, j’ai pris les commandes de ma cuisine, cotée par le Gault & Millaut dès la première année. C’est ensuite ma passion pour l’entrepreneuriat, la cuisine et l’évènementiel qui m’ont poussé́ à lancer ma propre entreprise proposant du catering et des chefs à domicile en Belgique, à la Côte d’Azur et dans les 3 Vallées, de la consultance et des restaurants éphémères. Et cet hiver une nouvelle mission au Lodji!

Est-ce votre première expérience comme chef à la montagne ?
Non, cela fait plusieurs années que mon équipe et moi-même sommes actifs en montagne lors de prestations chez nos clients.

Pourquoi avoir choisi de vivre cette expérience ?
La montagne, le village de St-Martin, le challenge et les personnes à l’origine du projet m’ont donné envie de faire partie de l’aventure.

Pourquoi dans les 3 Vallées ?
Ce domaine est dingue ! 680 km de pistes, des vues à couper le souffle, de la glisse et des stations mythiques.

Connaissiez-vous déjà Saint Martin de Belleville avant d’arriver au Lodji ? Quels sont pour vous les atouts de la station et ceux du nouvel hôtel ?
Oui, je connaissais la station et je l’affectionne particulièrement, l’ambiance y est chaleureuse et le village authentique. Le spot est magique et on y pratique la glisse sur le plus grand domaine skiable du monde. Quant à l’hôtel, il possède tous les atouts dont nous puissions rêver pour une semaine de sport d’hiver : ski au pied, superbe spa avec une vue sur les sommets, chambre super confort, terrasse exceptionnelle, une ambiance sympa et décontractée dans une structure luxueuse aux services qualitatifs et attentionnes.

Comment qualifiez-vous la cuisine qui sera proposée dans le restaurant du Lodji ?
Nous y proposerons une cuisine gourmande, cosmopolite et travaillée, inspirée par l’endroit qui nous entoure et par le meilleur des produits bruts. Un style culinaire aux influences bien marquées.

Qu’aimez-vous cuisiner ?
J’aime surtout cuisiner ce que mes convives désirent le plus, en fonction du lieu, des saisons et de la clientèle. Leurs envies me boostent et me poussent à̀ innover perpétuellement.

Quels sont les plus grands enjeux pour un Chef à la montagne ?
La gestion des services selon l’affluence des skieurs de par la météo et de par les hautes ou basses saisons.

En quoi consiste le concept de l’Invité ? Quand l’avez-vous lancé ? A qui s’adresse-t-il ?
L’invité propose une cuisine de qualité́ à la livraison soignée présentée dans des coffrets en bois à disposer directement au centre de vos convives. Une invitation à̀ la gourmandise à travers des tables à partager et des coffrets apéritifs de caractère. C’est un concept sur lequel je me penche depuis plusieurs années, ma collaboration avec la famille Baudinet et les installations sur place m’offrent toutes les raisons de lancer ce concept cette saison dans la vallée des Belleville.

Quel est votre rêve ultime en tant que Chef ? Et à la montagne ?
Il m’est difficile de décrire mon rêve en tant que chef, mais je brûle d’impatience à l’idée d’ouvrir le Toré, d’y proposer une cuisine de caractère et d’y créer avec notre équipe une ambiance festive.

Quel est votre mets savoyard de prédilection ?
Je travaille sur plusieurs recettes revisitant les classiques montagnards : espuma savoyarde, lard cuit à basse t°, pesto d’herbes de montagne, poissons de rivière, …

Quel type de skieur êtes-vous ?
Je ne suis pas un mauvais skieur, c’est de loin mon sport préféré́. J’ai toujours eu de l’attrait pour les sports “extrêmes” ( ski de rand, kite surf, voile, … )

Votre cuisine est-elle à l’image de votre pratique du ski ?
Notre menu reflète en tout cas un type de cuisine que j’aime partager avec mes proches lors d’un séjour en station. Gourmandise, produits locaux mais aussi des plats sains en harmonie avec les sports qui se pratiquent en montagne et notre Wellens.

CIM Internet