Paris Match Belgique

Lors des cocktails, les Belges préfèrent la bière au champagne

© Flickr @Lars Plougmann

Food et gastronomie

Selon le 12e baromètre de la bière établi par Beer & Society, la bière est la boisson préférée des Belges, que ce soit au café ou à domicile. Mais elle rencontre aussi un succès croissant lors d’occasions où elle est moins attendue, comme les réceptions.

 

Plus de 8 000 personnes ont participé au sondage de Beer & Society, dont essentiellement des hommes (81,8%), pour deux tiers flamands et un tiers francophones. Résultat : près de quatre Belges sur dix affirment que la bière est leur boisson de prédilection lors d’un cocktail contre 35% qui préfèrent le champagne. C’est la première année que la boisson française est dépassée par la bière.

Lire aussi > Nouvelle génération de brasseurs : du rêve à la (dure) réalité

Au restaurant, si le vin reste la boisson préférée pour plus d’un consommateur sur deux, la bière gagne en popularité dans ce milieu, 38,6% des répondants la plébiscitant contre 18% il y a dix ans. La pils reste le type de bière qui a le plus la cote auprès de 27,5% des répondants. Elle a toutefois perdu du terrain face aux blondes fortes (16,8%) et aux produits des brasseries locales et des microbrasseries (16,4%) qui ont considérablement progressé en quelques années (6% en 2007).

Plus de 90% des Belges ne consomment pas de bières sans alcool

« Ce ‘shift’ des pils vers les bières spéciales s’observe dans la réalité et il a évidemment un impact sur les volumes totaux », a commenté Jean-Louis Van de Perre, président des Brasseurs belges. Selon les données officielles, la consommation de pils qui détient encore 71% de parts de marché, a baissé de 4,3% en 2016 alors que les bières de dégustation (régionale, blonde forte, stout…) ont augmenté de 3,5%.

Lire aussi > Boire deux pintes de bière serait plus efficace qu’un paracétamol

Et les auteurs du baromètre ont interrogé, pour la première fois cette année, les Belges sur les bières sans alcool. Plus de 90% n’en consomment jamais. Seuls 8,3% en boivent régulièrement. « C’est une tendance qu’on observe un peu partout en Europe et qui commence à se développer en Belgique. Il y a quelques temps, les produits dans cette gamme n’étaient pas assez attractifs mais les brasseurs ont travaillé sur ce point et aujourd’hui de gros acteurs du secteur investissent massivement dans le sans alcool ou faiblement alcoolisé », a-t-il souligné.

(Avec Belga)

CIM Internet