Paris Match Belgique

Le vin se bonifie sous la mer : 120 bouteilles sont conservées dans la Méditerranée

Un trésor alcoolisé. | © AFP PHOTO / Boris HORVAT

Food et gastronomie

Plonger dans les profondeurs de la Méditerranée, trouver un coffre, non pas de pièces d’or mais de vin. 120 bouteilles de Bandol sont conservées pendant un an 40 mètres sous la mer, au large de la Côte d’Azur, pour mieux vieillir et « sublimer les arômes ».

 

Tout a démarré avec la découverte d’« amphores qui dataient de centaines d’années ou étaient même millénaires, et plus récemment (…), de bouteilles de champagne ou de vin qui avaient coulé il y a plusieurs dizaines d’années », notamment en mer du Nord, explique le Directeur de l’école nationale des scaphandriers à Saint-Mandrier (sud-est de la France), Jérôme Vincent.

Lire aussi : Le Vin de Liège, premier vin belge sacré aux Vinalies internationales à Paris

Dans ces épaves endormies au fond d’une mer bleu turquoise, opaque mais propre, point de pièces d’or à dénicher mais des bouteilles, dont certaines « avaient coulé pendant la Seconde Guerre mondiale ». Et un même constat : « Les gens qui les dégustaient leur trouvaient un très bon goût », rapporte-t-il. Surpris et curieux, les scaphandriers et la maison des vins de Bandol ont décidé en 2016 de « trouver le terrain adapté pour enterrer des bouteilles de vin et les faire vieillir pendant un an ». Leur quête les mènera sur une zone protégée par la marine nationale, terrain d’entraînement des plongeurs démineurs.

© AFP PHOTO / Boris HORVAT

Pour « sublimer des arômes »

Les professionnels du vin engagés dans ce projet estiment que l’« élevage sous l’eau » permet de « sublimer des arômes, dégager des arômes secondaires », explique Jérôme Vincent. Ainsi, 120 bouteilles ont été plongées au fond de la mer ou enterrées dans le sol marin, et 120 autres conservées dans une cave pour qu’au bout d’un an, elles soient dégustées et comparées.

Lire aussi : Nouvelle génération de brasseurs : du rêve à la (dure) réalité

Pour l’heure, les bouteilles sous-marines de Bandol ne sont pas commercialisées. Et même si des expérimentations similaires existent dans plusieurs régions de France, en Bretagne ou dans le Sud-ouest, leurs résultats restent confidentiels.

CIM Internet