Paris Match Belgique

Tomorrowland : des expériences culinaires hautes en couleurs

À Tomorrowland, on n'est pas forcémment obligé de passer par l'étape "Combien de tickets pour la fricadelle ?" | © BELGA PHOTO HANDOUT TOMORROWWORLD

Food et gastronomie

Dans le cadre de son nouveau concept baptisé « POP », Gault&Millau invite un festivalier à venir tester toutes les propositions culinaires de Tomorrowland.

N’en déplaise aux vieux routards des festivals et aux jusqu’au-boutistes de la fricadelle, à Tomorrowland, une volée de concerts ne va pas forcément de pair avec des doigts graisseux et de la sauce andalouse sur le short pour le reste du week-end. Grande réunion belge des amateurs d’electro internationale, depuis plusieurs années, le festival de Boom propose aussi de véritables expériences culinaires.

Alors bien sûr, il y a les stands classiques sans lesquels, à vrai dire, un tel évènement n’aurait pas la même saveur : une farandoles de foodtrucks servent les – heureusement – éternels hamburgers, nouilles sautées et kebabs. Mais le festival à la réputation fantasque se fait un point d’honneur à proposer toujours plus. Non loin de l’île aux foodtrucks, du marché, de la boulangerie et de donuteria, quatre vrais restaurants et un diner pop up se partagent le reste de la proposition culinaire, à un tout autre niveau.

Lire aussi > Ode à l’humain : Le W Food Festival ou la célébration du respect, des relations et de l’émotion de la gastronomie

©BELGA PHOTO JONAS ROOSENS – Le chef Viki Geunes du ‘t Zilte** en 2015 à Tomorrowland.

Le Tastes of the World, d’abord, abordable et festif, avec son apéro à partager, son plat du jour « de l’ambassadeur » et sa fantasie chocolatée. Plus à propos, le « B-Eat » propose l’union d’un chef et d’un DJ, gardés secrets jusqu’à la toute dernière minute. On peut aussi toujours réserver au Tomorrowland Restaurant, où un chef Michelin s’occupe du menu chaque jour, une table pour un plat de fruits de mer au Seafood Restaurant ou saliver à l’idée d’une entrecôte saignante à la Belgian Steakhouse du festival.

Lire aussi > Refugee Food Festival : Dans la cuisine du restaurant Racines avec Ahmed, cuisinier réfugié

©BELGA PHOTO JONAS ROOSENS – Pour le dessert, Steve Aoki propose même à chaque passage au festival son fameux gâteau à la crème.

Le projet qui fait « pop »

Proposition quasi-gastronomique oblige, le Gault&Millau s’est invité au festival. Cette année, le guide gastronomique français propose d’embarquer dans sa tournée incognito des restos un festivalier gourmand. Au programme du 22 juillet prochain pour l’heureux gagnant d’un concours : une virée dédiée à l’estomac autant qu’aux oreilles, où l’inspecteur du jour accompagnera l’équipe Gault&Millau et l’aidera à choisir les vainqueurs du meilleur plat, de l’assiette la plus saine et de la préparation la plus innovante.

Lire aussi > Un produit, sinon rien : six adresses monomaniaques

Le projet global qui se cache derrière l’expérience est tout aussi alléchant : la nouvelle initiative « POP » de Gault&Millau, soit une sélection de lieux-concepts et uniques – où l’on peut s’attendre un trouver des restaurants pop up, des adresses mono-produits, de la street food de haute voltige et des bars à vins classieux.

CIM Internet