Paris Match Belgique

Peut-on manger un aliment tombé moins de cinq secondes au sol ?

règle des cinq secondes

Image d'illustration. | © Unsplash.

Food et gastronomie

Cette règle est devenue un véritable mythe.

Si vous ramassez l’aliment que vous venez de faire tomber au sol dans les cinq secondes, vous pouvez le manger sans danger. Sinon, il n’est plus consommable. Alors, vieille légende ou fait scientifique ? Les chercheurs de l’université de Rutger aux États-Unis ont mené l’enquête. 

Des recherches sur différents aliments et différentes surfaces

Pour savoir si « la règle des cinq secondes » était vraie ou non, ils ont comparé la transmission de bactéries sur de la nourriture en fonction de la surface (acier inoxydable, bois, céramique et moquette), de l’aliment et du temps de contact entre les deux. 

Les chercheurs ont répandu sur chaque surface des germes de bactéries similaires à celles de la salmonelle et ont ensuite déposé quatre aliments différents (pastèque, pain blanc, pain beurré, bonbons gélatineux). Ils se sont rendus compte que « Le temps de contact, l’aliment et le type de surface ont tous eu des effets hautement significatifs ». L’aliment le plus rapidement contaminé par les bactéries était la pastèque, tandis que les bonbons prenaient beaucoup plus de temps pour être infectés. 

Mais la règle des cinq secondes fonctionne-t-elle ou non ? Selon les chercheurs, non. Si un temps de contact plus long entraîne un transfert de germes plus important, d’autres facteurs influencent le phénomène comme la nature de la surface et des aliments. Ils ont également constaté que la nourriture était immédiatement contaminée par les bactéries présentes au sol, peu importe la surface ou l’aliment. 

Bien que nous ayons constaté que des temps de contact plus longs entraînent un transfert de bactéries plus important, nous avons également constaté que d’autres facteurs, y compris la nature de l’aliment et de la surface, ont aussi leur importance. « Cela réfute donc la règle des cinq secondes », affirment les professeurs de l’université de Rutgers. Si on peut donc s’amuser de cette théorie, elle n’a aucun fondement scientifique. 

Mots-clés:
santé alimentation
CIM Internet