Paris Match Belgique

Selon cette étude les amateurs de viandes rouges seraient plus machos

Une corrélation prouvée ? | © Pixabay

Food et gastronomie

Une nouvelle étude vient souligner le possible lien entre l’alimentation et les croyances de tout un chacun.

 

Amateur de viandes rouges ? Cette nouvelle pourrait vous déplaire. L’Institut français d’opinion publique (Ifop) s’est récemment intéressé à la corrélation entre certains goût culinaire et certains traits de caractère. L’enquête a été réalisée pour le média Darwin nutrition. Au total, 2033 hommes âgés au moins de 18 ans et représentatifs de la population masculine française ont participé à l’étude.

Lire aussi > Envie de diminuer votre consommation de viande ? Craquez pour les substituts de viande composés de légumes bien de chez nous

Il en ressort qu’un peu plus de la moitié des homme se considèrent comme des « viandards », soit des amateurs de viandes, et plus particulièrement la rouge (boeuf et gibier). Mais en plus de ces goûts particuliers, ces hommes partagent également certains points de vue notamment en ce qui concerne la famille et la position de la femme au sein d’un couple. Ainsi, il s’avère que ces hommes auraient plus tendance à défendre la « liberté d’importuner » les femmes pour les séduire. Ils considèrent également que la femme est supposée être responsable de plus de charges ménagères que l’homme au sein d’un foyer. Enfin, ils auraient également tendance à penser que la femme ne doit pas toujours être celle qui prend le volant de la voiture familiale.

Les viandards tous des machos ?

« Tous les viandards ne sont pas des machos mais une minorité a un rapport au genre et à la société très conservatrice, pour ne pas dire réactionnaire. L’enquête montre que certains types d’hommes cumulent une surconsommation de produits carnés avec une adhésion à des idées de droite en parallèle à des stéréotypes sexistes », a souhaité nuancer François Kraus, directeur du pôle politique/actualité au département opinion de l’Ifop, au micro de nos confrères de BFMTV.

Lire aussi > Un restaurant belge dans le Top 10 des meilleurs restaurants de viande du monde

L’étude précise cependant que seul 15 % des hommes tomberaient dans la case des « machos ». François Kraus a également soulignée le fait que « la politisation est de plus en plus liée aux enjeux liés à l’alimentation ». De fait, plus de 7 hommes sur 10 partageraient des positions proches de centre-droite, de droite ou même de très à droite (33 %). « On l’a vu avec la controverse sur l’introduction de menus végétariens à la cantine (en France), la polémique sur la bonne viande de Fabien Roussel », a ajouté le directeur d’opinion. Notons néanmoins que 62 % des personnes qui se sont prêtées au sondage sont d’accord pour « déviriliser » la consommation de viande.

Mots-clés:
étude viande homme macho
CIM Internet