Paris Match Belgique

Ces trois restaurants viennent d’être élus les meilleurs du monde

la liste meilleurs restaurants du monde

Image d'illustration. | © Unsplash

Food et gastronomie

Le restaurant Frantzén à Stockholm a grimpé au sommet de la gastronomie mondiale, selon le classement La Liste dévoilé jeudi, ex-aequo avec Guy Savoy à Paris, élu meilleur pour la sixième fois, et le Bernardin à New York.

« Pour la première fois, il y a un nordique ex-aequo. C’est un nouveau nordique qui n’a jamais été le premier de la classe », a commenté à l’AFP Hélène Pietrini, directrice générale de La Liste, un agrégateur qui sélectionne les meilleurs restaurants au monde en se basant sur les guides gastronomiques et les critiques de la presse internationale. Tout comme Guy Savoy à la Monnaie de Paris et le Bernardin d’Eric Ripert à New York, qui avait déjà été distingué par La Liste, Frantzén, mené par le chef et l’ancien footballeur Björn Frantzén est auréolé de trois étoiles du guide Michelin.

30 000 restaurants dans 200 pays

Ce dernier promet « une expérience immersive que vous n’oublierez pas de sitôt », naviguant entre différentes salles de cet établissement situé sur 3 étages. Champion absolu, le Français Guy Savoy est récompensé pour la sixième fois, seul ou ex-aequo, en huit ans d’existence de La Liste qui suit 30 000 restaurants dans 200 pays et a une certaine notoriété en France, en Chine, en Corée et au Japon.

« Guy Savoy est connu et apprécié par tous en France et est aussi connu à l’étranger, ce qui fait la différence », précise à l’AFP Jörg Zipprick, cofondateur et rédacteur en chef de La Liste, en citant à titre d’exemple les critiques du New York Times qui sont « la source la plus influente pour le classement ».

« C’est une cuisine française d’excellence qui reste aussi moderne, tout reste dans l’air du temps chez Guy Savoy, rien ne vieillit », souligne Hélène Pietrini. Pour sa cérémonie de gala le 28 novembre, La Liste prévoit par ailleurs de rendre hommage au chef français Michel Guérard, 89 ans, et sa cuisine minceur en présence d’une quinzaine de ses disciples parmi lesquels Alain Ducasse et Arnaud Donckele.

« Michel Guérard est une mémoire d’une grande époque de la cuisine française », souligne Jörg Zipprick. Avant lui, la cuisine française « était représentée comme quelque chose de très figée où il n’était pas bien vu de montrer son imagination ». « C’était un mouvement soixante-huitard de la cuisine. Tout d’un coup on pouvait tout, mais on n’était obligé à rien. Cela a eu un impact mondial », conclut-il.

CIM Internet