Paris Match Belgique

Ce café australien fait payer une taxe supplémentaire aux hommes

L'intérieur du café. | © Facebook/Handsome her

Food et gastronomie

En Australie, un café invite les hommes à payer une taxe supplémentaire de 18%, qui correspond à l’écart salarial entre les sexes. Une manière originale de dénoncer et faire prendre conscience des inégalités.

Chez Handsome Her, à Melbourne, le café a un goût plus amer pour les hommes. Ces derniers reçoivent une addition plus salée que les femmes, avec un bonus de 18%. Le but ? Renverser les inégalités entre hommes et femmes et sensibiliser les clients à l’écart salarial qui est de 17,7% environ en Australie, selon les chiffres rapportés par CNN.

Si son nom indique déjà sa revendication féministe, le café insiste : c’est un « espace organisé par les femmes, pour les femmes ». Les clients sont donc priés de suivre trois règles inscrites sur le panneau à l’entrée du café : les femmes ont la priorité pour s’asseoir, les hommes devront payer une charge de 18 % et enfin le respect est mutuel.

Solidarité

Que les hommes se rassurent, ceci n’est pas l’œuvre de pseudo-féministes opposées à toute testostérone. Les hommes restent les bienvenus et ne sont pas obligés de payer cette surtaxe. « S’ils ne veulent pas la payer, nous n’allons pas les mettre à la porte. C’est une opportunité pour eux de faire une bonne action », explique Alex O’Brien, la copropriétaire de l’établissement, au tabloïd britannique Mirror. L’initiative n’est d’ailleurs pas permanente mais seulement mise en place une semaine par mois. Alex ne se fait aucun bénéfice sur ces recettes supplémentaires car l’entièreté de ces 18% à des associations venant en aide aux femmes en Australie.

Le débat est ouvert

Depuis son instauration, l’action est un succès. Les propriétaires s’en sont d’ailleurs réjouis sur leur page Facebook : « Des hommes ont traversé toute la ville pour payer cette ‘taxe’ en laissant même un peu d’argent supplémentaire ». Mais certains ne l’apprécient guère, qualifiant l’initiative de « stupide » voire même « illégale ».

Heureuse d’avoir apporté le débat sur l’écart salarial, Alex aime également l’idée « que les hommes s’arrêtent et remettent en question leurs privilèges ».

CIM Internet