Paris Match Belgique

Wiffee, une carte de bonnes adresses pour les travailleurs nomades

N'ayant pas forcément envie d'investir dans la location d'un espace de coworking pour le moment, Axelle Minne s'est rabattue sur les cafés. Elles partagent désormais ses bons plans "métro, boulot, espresso" sur Wiffee. | © Axelle Minne

Food et gastronomie

La concentration n’a pas d’horaires de bureau et encore moins quand son lieu de travail, c’est chez soi. Pour éviter les petits pièges de la vie de freelancer, Axelle Minne a créé Wiffee, une carte qui reprend les lieux qui combinent au mieux WiFi et coffee.

Les créatifs, les indépendants et même les homeworkers le savent : on ne travaille jamais mieux qu’hors de chez soi ! À la maison, on peut certes trainer en chaussettes, demander les conseils de son chat et profiter de son balcon plutôt que de la vue sur son collègue remuant, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’on soit plus concentré et productif. « Je suis confrontée à des soucis que bien d’autres freelancers qui travaillent à domicile rencontrent également : solitude, problèmes de concentration, horaires décalés… Subitement, le haut de mon étagère doit absolument être nickel, tandis que mes e-mails peuvent attendre encore quelques heures », raconte Axelle Minne, jeune créative entreprenante. À l’heure où l’on prône le co-working comme solution miracle aux problèmes de ces francs-tireurs d’aujourd’hui, elle n’a pas forcément envie d’investir dans le loyer d’un espace partagé.

Une carte aux trésors

Alors, pour ne plus travailler tout à fait seule, mais éviter les bagarres sur « qui a terminé la boite de thé ? », Axelle Minne opte pour le travail au café – avec la boisson et dans le lieu du même nom. La quête du bureau parfait et gratuit a tout de même un prix : de longues heures à arpenter Bruxelles, sa ville, à la recherche du spot qui fait rimer cosy et WiFi. « Si actuellement la plupart des cafés et néo-cantines offrent le WiFi, ça n’était pas forcément le cas il y a quelques années », raconte-t-elle.

wiffee
©Wiffee – Pour l’instant, Bruxelles, Anvers et Madrid sont les destinations de cette carte maligne.

Ses escapades caféinées lui donnent l’idée d’une carte, qui guiderait les autres freelancers dans son cas. Le nom du projet : Wiffee. « L’idée est de répertorier les endroits que je teste et qui correspondent à ce que je cherche : du bon café et de quoi grignoter, un endroit accueillant, des prises à disposition et une connexion WiFi stable ! Ça me permet de savoir où planifier un rendez-vous ou quelques heures de travail entre deux courses, que ce soit près de chez moi ou dans un quartier que je connais moins ».

À lire aussi : Quatre cantines d’étoilés

Aujourd’hui, on trouve trois villes sur la carte : Bruxelles, Anvers et Madrid, où Axelle a ses habitudes. Car si pour l’heure, les utilisateurs peuvent soumettrent de nouveaux cafés connectés par e-mail et via les hashtags #wiffee et #wiffeetip, tout passe encore par la jeune femme. Mais il ne s’agit que d’une question de temps avant que l’outil ne prenne une véritable dimension collaborative : « Plusieurs pistes sont actuellement évaluées pour comprendre comment [les utilisateurs] pourraient s’approprier la carte, mais également comment les propriétaires de café pourraient s’insérer dans la boucle. J’espère pouvoir, sur le long terme, créer une communauté nationale et ensuite internationale qui interagisse et vive d’elle-même », se surprend à rêver Axelle Minne, également blogueuse food. « Au-delà de ça, [la carte] constitue surtout une preuve concrète de certaines des valeurs qui me suivent dans la plupart de mes projets, comme celle du partage ou encore de la communauté ».

Wiffee
©Axelle Minne – Le projet a même un compte Instagram, où se partagent latte et bons plans.

Les trois adresses fétiches d’Axelle Minne

Belga&Co – Rue du Bailli 7A, 1000 Bruxelles
« C’est là que j’atterris quand j’enclenche le pilote automatique ! L’endroit est vaste mais cosy, on y trouve toujours une petite place où se faufiler, même aux moments de grande affluence. En été, l’espace bénéficie d’un beau petit jardin et d’une énorme table en bois où il fait bon déguster un thé glacé tout en traitant quelques e-mails ! » La jeune créative prévient : le lieu a beau est ouvert tous les jours, mais est envahi par les bruncheurs affamés le week-end !

Or Coffee – Place Jourdan 13A, 1040 Etterbeek
Lorsque elle habitait le quartier, Or Coffee était le point de chute quasi quotidien d’Axelle. « J’y échoue moins souvent ces derniers temps, mais je ne résiste pas à marcher quelques minutes supplémentaires pour pouvoir profiter de leur énorme canapé Chersterfield les vendredis après-midis réservés à des tâches faciles ». Il faudra en revanche y travailler vite et bien, puisque le petit café ferme à 17 heures et n’ouvre pas le samedi.

©Mok – Le café Mok, à Bruxelles.

MOK – Rue Antoine Dansaert 196, 1000 Bruxelles
« Petit nouveau sur la scène bruxelloise, c’est vite devenu mon incontournable quand je dois descendre dans le centre de la ville. L’ambiance y est studieuse et minimaliste. Je complète souvent mes quelques heures de travail avec un lunch préparé par Josefien Smet qui propose une carte alternative 100% végétarienne : un délice !«

CIM Internet