Paris Match Belgique

Des œufs coque danois au pain beurré hollandais, tour d’Europe des petits-déjeuners

Les goûts et les couleurs varient selon les pays. | © Facebook @ Half Baked Harvest

Food et gastronomie

S’il est universellement accepté que le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée, sa recette varie toutefois grandement selon les pays. Patchwork de nations et de cultures, l’Europe ne déroge pas à la règle, et au gré des frontières, le premier repas de la journée est frugal ou généreux, sucré ou salé. Visite guidée. 

 

Les Français ne jurent-ils vraiment que par les viennoiseries pour commencer la journée ? Une bonne bratwurst est-elle indispensable de tout petit-déjeuner allemand qui se respecte ? Pour en avoir le cœur net, la plateforme de location de vacances HomeToGo a décidé de mener l’enquête. Le principe : interroger les voyageurs et les locaux afin de démêler le vrai des clichés. Et si certains stéréotypes gourmands ont la dent dure, les surprises sont au rendez-vous.

Sucré/salé

En Allemagne, ainsi, pas de saucisses, quitte à décevoir les touristes alléchés par la promesse d’orgie de viande grillée. Pas de bière, non plus, n’en déplaise à ceux qui pensaient que les matins allemands démarraient tous à l’heure de l’Oktober Fest. La vérité : en semaine, les Allemands commencent la journée avec un café, du pain accompagné de confiture, ainsi que des œufs coque. Le week-end, céréales, yaourts et fruits viennent souvent compléter l’assiette. De l’autre côté de la frontière, en Autriche, on commence la journée par un café ou un thé avec du pain, des croissants et un peu de confiture. Le week-end, fromage et céréales s’ajoutent au menu.

Lire aussi > Le cloud egg, la tendance food qui s’envole sur les réseaux

En France, les touristes étaient plus proches de la vérité : 23% d’entre eux s’attendaient à retrouver des croissants au petit-déjeuner. Dont acte, dans l’Hexagone, les matins commencent avec café ou thé accompagné de tartines beurrées et viennoiseries. Avec une addition calorique salée : 629kcal en moyenne, sans compter la confiture, qui ajoute 53kcal de plus. Qu’importe la ligne pourvu qu’on ait le plaisir du sucré : un adage qui s’applique aussi en Italie. En effet, le vrai petit-déjeuner italien, aux notes sucrées dans 99,9% des cas, consiste en un cappuccino et une pâtisserie. Les Italiens se laissent aussi tenter par le « ventaglio », une sorte de beignets, ou des tartes aux pommes, les « sfogliatellas alle mele ». Pour les plus pressés : des biscuits et un café latte. De quoi échapper aux 311kcal de moyenne du petit-déjeuner italien traditionnel.

© HomeToGo

Breakfast roboratif

En Espagne, on y va franco, en commençant la journée avec 460kcal de moyenne. Au menu de ce repas roboratif : café au lait, un verre de jus d’orange et des toasts à l’huile d’olive accompagnés de tomates. Pour les amateurs de sucre, un « sobao » (gâteau au beurre) ou des churros accompagnés de chocolat chaud épais. Une bagatelle à côté du copieux breakfast des Anglais : il est habituellement composé de bacon, de saucisses, d’œufs, de tomates et champignons grillés, de pain nature ou toasté avec du beurre et quelques baked beans. À réserver aux estomacs les plus accrochés, un full english breakfast moyen comptant 1190kcal, soit plus de 59% de l’apport quotidien recommandé tout de même.

Lire aussi > Raw food : la tendance crudivore pure et dure

© HomeToGo

Aux Pays-bas, on applique la rigueur protestante, avec pain complet beurré, fromage et café. Une austérité matinale qui séduit également les Danois : au Danemark, le petit-déjeuner traditionnel se compose en effet d’œufs coque et de pain de seigle beurré, avec éventuellement des céréales pour complèter. Pour savourer le petit-déjeuner typique le plus light possible, c’est toutefois en République-Tchèque qu’il faudra se rendre : 195kcal seulement pour les « rohlik », de petits pains à la levure traditionnels que les Tchèques dégustent accompagnés de beurre ou de confiture.

CIM Internet