Paris Match Belgique

FruitCollect : l’anti-gaspillage des fruits belges

Un projet qui porte ses fruits ! | © @FruitCollect

Food et gastronomie

L’ASBL FruitCollect lutte contre le gaspillage alimentaire. Pour ce faire, quelques bénévoles motivés récoltent les fruits non-consommés des vergers de particuliers pour les redistribuer aux personnes démunies. Une initiative écologique et sociale.

« Les vergers des propriétés privées sont remplis de fruits qui n’attendent qu’à être récoltés et mangés », s’exclame Alicia Gobbaerts. La jeune femme au tempérament dynamique est l’une des cinq membres de FruitCollect, une ASBL qui cueille les fruits dans les jardins privés pour ensuite les donner à des organisations sociales. L’idée de base ? Sensibiliser la population à une alimentation de qualité, durable et locale tout en luttant contre le gaspillage.

© FruitCollect

Bénévoles et passionnés

Le projet est né en 2015, le club des cinq en est aujourd’hui à sa troisième récolte. Après s’être attaqués aux prunes cet été, les mois de septembre et d’octobre seront consacrés aux pommes. « Tous les week-ends, samedi et dimanche, on va cueillir des fruits », s’enthousiasme Alicia. Chez FruitCollect, tout le monde est bénévole. Alicia et ses collègues ont tous un travail principal, ils dédient leur temps libre à la cueillette.

© FruitCollect

Elle explique : « Moi, je m’engage ici parce que j’avais besoin de m’investir dans un projet, dans quelque chose qui donne un peu de sens à mon quotidien. Aussi, ce que j’adore, c’est qu’on rencontre beaucoup de gens, on apprend ».

Lire aussi > Tapis de légumes à Bruxelles : vous avez dit « gâchis » ?

Malgré la motivation, il n’est pas toujours simple de garder le cap. Le plus gros obstacle auquel ils doivent faire face est la course après le temps. Ils sont constamment à la recherche de bénévoles prêts à les accompagner dans les récoltes. Sans oublier le manque -voire l’inexistence- de moyens financiers qui fragilise dès lors les activités. « Il nous faudrait un sponsor ou un subside pour pouvoir au moins s’acheter une camionnette parce que là, on abîme nos voitures. Les sacs de fruits sont très lourds », confie-t-elle.

La solution du jus de pomme

On dénombre une quantité infinie de variétés de pommes, elles sont toutes différentes les unes des autres. Pour faire un bon jus de pomme, il est préférable de mélanger plusieurs sortes. Pour financer (en partie) les frais fixes, l’ASBL produit et vend des bouteilles de jus de pommes aux particuliers. D’autres bouteilles sont vendues à prix coutants dans des épiceries sociales pour démocratiser l’accès aux produits frais qualitatifs.

Lire aussi > La Bees Coop, quand supermarché rime avec équité

L’anti-gaspi, c’est tendance

Depuis peu, des initiatives anti-gaspillage n’en finissent pas de voir le jour. À l’instar des membres de FruitCollect, ils sont nombreux à vouloir changer les choses en donnant une seconde vie aux produits de qualité. Fruitopia transforme les fruits invendus en produits de longue consommation comme la confiture.

© FruitCollect

Les Gastrosophes, eux aussi, récupèrent les invendus auprès des épiceries et supermarchés bio pour ensuite les transformer en délicieux menus à déguster sous forme de table d’hôtes. Espérons que ce genre de projet continue à porter ses fruits…

CIM Internet