Paris Match Belgique

10 adresses bruxelloises sucrées à goûter à quatre heures

Petits, on écoutait ses Rice krispies crépiter dans un bol de lait. Aujourd'hui, c'est sur un joli donut nappé de chocolat. | © COCO Donuts

Food et gastronomie

Donuts coupables, cornets givrés, pâtisseries portugaises ou givrées : Bruxelles cache au creux de ses ruelles et de ses avenues quelques trésors sucrés.

 

Si on le qualifie de petit creux, on peut se l’avouer : c’est rarement le cas. Non, le sacro-saint quatre heures est là pour toutes les envies ; les grosses, les petites, les – un peu – coupables et les plus avouées. Ponctuation bienvenue d’une journée au rythme souvent effréné, il mérite les meilleurs adresses de la capitale, qu’on y vive ou qu’on n’y soit que de passage.

Façon tea time

Sa vitrine est cachée dans une petite ruelle du centre de Bruxelles, protégée par le chien Cézanne. Ici, tout est doux, délicat, sans tomber dans le cliché du magasin de poupées : chez A.M. Sweet, le parquet craque comme dans nos souvenirs d’enfance. Quant à la carte, elle ravive les envies sucrées les plus patriotes, avec des biscuits Dandoy, des chocolats Laurent Gerbaud et le fameux pavé bruxellois de la maison. Idéal pour une visite de la capitale avec des copains étrangers, histoire d’échapper un instant au tumulte de la ville, tout en en profitant pour se vanter de quelques spécialités locales.

A.M. Sweet – 4, rue des Chartreux

©Yelp/Julien B

Le plaisir coupable

Oubliez tout ce qu’on vient de vous dire sur le sacro-saint quatre heures : on commenderait bien chez COCO Donuts au réveil, en guise de brunch solo et même en cas de fringale nocturne – si seulement c’était possible. Candice Tielemans et Chloé Sengier ont lancé leur boutique de donuts dodus et artisanaux au sablon, pour le meilleur et pour la gourmandise. Leurs créations varient entre les classiques du genre et quelques excentricités qu’on ne trouve nulle part ailleurs : peanut butter et confiture, rose, citron et graines de pavot, rice krispies et même, de temps à autre, bretzels et bacon !

COCO Donuts – 36, rue Sainte-Anne 

À la portugaise

Comme dans une petite ville du sud, la réputation du Forcado est connue dans tout le quartier, à cheval entre Saint-Gilles et Ixelles. Avec son comptoir gargantuesque, cette pâtisserie portugaise célèbre comme personne les pasteis de nata, mais aussi d’autres gourmandises qui partent à la Reconquista de nos estomacs. Et tout ça, grâce à Joaquim Braz de Oliveira, qui en 1982, a ouvert « Le petit Forcado », aujourd’hui devenu grand.

Forcado – 196, chaussée de Charleroi

©Forcado – Les fameux pasteis.

Saveurs glacées

Trêve de plaisanteries : Gaston est plus que probablement le meilleur glacier de la capitale, malgré un changement de propriétaire récent qui n’a pas entaché la qualité de ses créations glacées. L’été, c’est une longue file qu’il faudra invariablement braver pour goûter à ses parfums abricot et yuzu ou straciatella à la fleur de lait, créés dans un atelier qui ne travaille qu’avec de la crème et du lait de ferme ardennais, des œufs frais et des fruits de saison. Rien de bien grave, quand on sait que Gaston est situé pile à côté des jolis bassins du quai au brique : le spot estival préféré des vrais bruxellois du centre-ville.

Gaston – 86, quai aux briques

Le Kouign amann caché

« Kouign amann » ? Derrière ce nom forcément écorché se cache une pâtisserie bretonne au beurre et feuilletée sublime – mais déconseillée à ceux qui tentent de faire baisser leur choléstérol. Difficile de trouver cette spécialité très locale en Belgique… sauf quand on connait les bonnes adresses. Le mercredi, la boulangerie Charli, elle-même ouverte par un Breton pure souche, propose ce délice en version très limitée. Et si l’on s’y rend un autre jour de la semaine, il reste simplement à se consoler avec une tartelette au citron ou l’un de leurs tortillons croustillants.

Charli – 24, rue Sainte-Catherine

Un phare dans l’après-midi

Suivre les pages du Phare du kanaal, c’est s’exposer au dangereux risque d’avoir l’eau à la bouche à chaque publication sucrée : dans ce petit café – qui sert aussi d’espace de coworking – molenbeekois face au canal, on sert des parts de tartes aussi belles que bonnes, et toujours de saison. Tout ça, c’est de la faute de Julien, le pâtissier du Phare, imaginatif et de (très) bon goût.

Le Phare du kanaal – 40, quai des charbonnages

©Facebook/Le Phare du kanaal

Juste un carré de chocolat

Qu’ils sont rares, les comptoirs de (vrais) chocolatiers où l’on peut s’asseoir et souffler, un café et une praline à la main. De tous, notre préféré est la boutique de Laurent Gerbaud, face à Bozar. Les murs chauds et les emballages colorés font le décor de dégustations passionnées, tant en bouchées qu’en belles tasses fumantes. Difficile de ne pas en repartir avec une jolie boite sous le bras et des envies de cacao pour l’année.

Laurent Gerbaud – 2, rue Ravenstein

Vegan, please !

Lucas a travaillé des années en tant que barista, alors quand l’opportunité lui a été donnée d’ouvrir son propre bar, il était hors de question qu’il ressemble à toutes les autres enseignes épurées de Bruxelles – et des autres capitales. Non, Luciver Lives, son projet avec Morgane, sera metal et vegan, ou ne sera pas. Pour l’instant toujours sans adresse fixe, ils promènent leurs pâtisseries ultra-gourmandes chez Lulu, une adresse un rien plus sage, un café/dépôt design/pop-up store du côté du Châtelain. Une aventure à suivre, puisque Luciver Lives devrait bientôt s’installer « chez lui ».

Lulu – 101, rue du page

Or liquide

Parfois, on n’a pas forcément faim, mais juste envie de reposer ses jambes fatiguées d’avoir arpenté le combo sacré rue de Flandre/rue Antoine Dansaert et de délier quelques langues, un café à la main. À quelques pas du canal, avec une vitrine large comme le ciel, mais seulement quelques tables, ce tient MOK. Un nom tout simple pour une adresse caféinée de qualité. Côté sucré – mais pas trop – les thés glacés et jus de la maison valent tout autant le détour, sans pour autant prendre beaucoup de place sur une carte qui fait surtout la part belle aux bons cafés. L’adresse est également vegan et propose des tartines gargantuesques à se damner.

MOK – 196, rue Antoine Dansaert

Cold drip ready to serve. 🌞

Une publication partagée par MOK (@mok_coffee) le

Merveilleux en vitrine

C’est au détour de l’une des entrées sur la Grand’place que l’on tombe sur cette boutique qui fait le coin, toute vitrée pour laisser pénétrer la lumière, mais surtout les regards intrigués des passants. On y voit les petites mains s’affairer et d’énormes merveilleux se créer sous les yeux ébahis des touristes : ce sont les Merveilleux de Fred (Vaucamps), qui revisite cette pâtisserie gourmande depuis 1985 pour lui donner plus de légèreté et d’originalité… jusqu’à l’Impensable – c’est son nom -, une jolie petite montagne de crème fouettée au café enrobée de meringue cristallisée au café.

Aux Merveilleux de Fred – 7, rue du marché aux herbes.

CIM Internet