Paris Match Belgique

On est allés manger tout nus (mais pas tout bronzés) dans le premier restaurant naturiste de Paris

Au naturel dans un restaurant qui porte bien son nom. | © NEON

Food et gastronomie

Le restaurant O’naturel propose à ses clients de laisser leurs vêtements aux vestiaires et de venir y manger en toute simplicité et en toute nudité le temps d’une soirée. Nous l’avons testé.

 

La France compte plus de deux millions de naturistes, et selon la Fédération Belge de Naturisme, il y en aurait un demi-million en Belgique. Mais vivre tout nu été comme hiver, ce n’est pas toujours évident, surtout qu’il n’y a pas pléthore de lieux où il est possible de se balader cul nu au quotidien. Encore moins en restauration. C’est en partant de ce constat que Mike et Stéphane Saada, deux frères jumeaux de 42 ans qui bossaient dans les assurances depuis une vingtaine d’années, ont décidé de se lancer et d’ouvrir un restaurant naturiste, bien qu’ils ne le soient pas du tout : « on avait envie de changement dans nos vies et de faire un virage à 180 degrés. On voulait aller au boulot tous les jours avec plaisir, avec envie. Puis on voulait se lancer dans la restauration, et après avoir lu un article sur le naturisme, l’idée était née, surtout quand on a constaté que cela n’existait pas à Paris malgré une forte demande et un réel besoin ».

Lire aussi > Un Disneyland pour gastronomes va ouvrir en Italie

Car nul besoin d’être naturiste pour ouvrir un restaurant naturiste. « Pour moi, cela représente justement un signe d’ouverture d’esprit. On veut apporter aux naturistes un endroit pour qu’ils se sentent bien. On se met à leur service tout simplement. Un naturiste aurait sûrement eu une vision différente de la nôtre et aurait fait un tout autre restaurant. Et c’est peut-être ce qui fait notre force d’un côté » explique Mike Saada. « Pour moi, le naturisme est un mode de vie basé sur le principe de la liberté, avec une proximité avec la nature et un respect d’autrui » poursuit son frère. Un mode de vie qu’ils ont testé : « C’est pas notre truc ! Mais en se mettant nus, on a compris beaucoup de choses sur le naturisme. À la maison, on n’est pas nus. Nous ne sommes pas naturistes, tout simplement. Au restaurant, on est en mode pro’. Et si demain, j’ai envie d’aller dans un camping naturiste, cela fera partie de ma vie privée de toute façon ».

Un dîner 100% naturel 100% nu

Mais cela fait quoi au juste de manger dans son plus simple appareil ? Pour le savoir, direction O’naturel, le tout premier restaurant naturiste situé dans le douzième arrondissement parisien et dont les portes ont ouvertes le 2 novembre 2017. Une devanture discrète, une vitrine voilée afin d’éviter les regards indiscrets des passants et préserver l’intimité des clients. Une fois rentrés, l’arrêt aux vestiaires est obligatoire avant d’entrer dans la salle du dîner. On y laisse tout, même ses téléphones, pour éviter les photos volées au cours du repas. On peut choisir de garder ses chaussures ou de mettre des chaussons proposés par les restaurateurs Saada. Une impression d’aller au hammam, en faisant tomber la serviette au préalable. « On n’a pas envie -et on n’aime pas ça- de mettre des obligations à des naturistes, ce serait mettre une barrière et on ne veut pas leur en mettre ».

La seule chose portée au cours du repas : des chaussons. – © N.S.

Quand on rentre dans la salle de dîner à la capacité de 40 personnes, on est d’abord frappés par un fort éclairage et la déco minimaliste, quasi inexistante. On est bien loin du restaurant naturiste éphémère ouvert à Londres en septembre 2016 et qui avait été un franc succès. « On ne voulait pas imiter Londres, on voulait créer Paris. Que les gens se disent : je suis dans un resto normal à la différence que je suis nu ». Mais certains clients ne sont pas de cet avis, Tim, qui n’est pas naturiste mais « aime bien être nu dès qu’il le peut »  et avait envie de tester le nouveau restaurant par curiosité confie : « Je suis déjà allé à celui de Londres, et quand j’ai appris qu’il y en avait un à Paris, je me suis dit que c’était l’occasion d’y aller. L’attrait de la nouveauté ! Mais à Londres, c’était mieux, ils savent mieux faire que les Français ! Il faut faire des ajustements ».

On ne voulait pas mettre de lumière tamisée pour écarter le côté libertin.

Des ajustements pour rendre le lieu plus chaleureux sont d’ailleurs prévus. Les propriétaires se veulent rassurants : « On est très ouverts aux critiques, on a écouté les remarques de nos premiers clients. C’est vrai qu’on ne voulait pas mettre de lumière tamisée pour écarter le côté libertin. Mais on s’aperçoit aujourd’hui que la lumière est trop forte et qu’il manque de décoration sur les murs. Mais cela va venir, c’est prévu… C’est juste que les travaux sont interminables, si on n’ouvrait pas maintenant on n’ouvrait jamais ! ». Une déco sommaire qui a pourtant été choisie et voulue par l’architecte du restaurant qui s’est inspiré de ce qui se faisait dans les pays nordiques : « On souhaitait quelque chose d’épuré, d’où le bois, les tables en chêne, une déco très simpliste… » Trop même.

Lire aussi > Faire du yoga nu : Que se cache-t-il derrière cette nouvelle tendance Instagram ?

Mais déjà qu’on est tout nus -et privés de nos téléphones-, un lieu plus chaleureux ne serait effectivement pas de trop. Ce que confirment aussi bien les clients naturistes que les simples curieux du « concept » pour qui finalement, « manger tout nu ne change rien » : « je ne vais pas manger différemment parce que je suis nu ! » déclare un autre client. Et puis il est vrai qu’on préfère regarder le foie gras dans son assiette que le gras de son voisin.

© NEON

Cette ambiance un peu « froide » va donc évoluer dans les prochaines semaines, tout comme la température qui va grimper à défaut d’être en été : « Nous allons aussi travailler sur le chauffage, pour que les clients s’y sentent bien, même l’hiver ».  Côté hygiène, pas d’inquiétude, les chaises sont recouvertes d’une housse noire à usage unique, et les cuisiniers et les serveurs sont habillés : « Notre seule obligation au niveau de la loi française était de ne pas être visible de l’extérieur et que le personnel en cuisine et en salle soit habillé ». Seuls nos poils sont ceux que l’on risque de retrouver dans nos assiettes.

© N.S.
© N.S.

Des cuisiniers et des serveurs recrutés de manière tout à fait ‘classique’ : « C’est uniquement avant de leur faire passer l’entretien qu’on informait les gens que c’était pour un restaurant naturiste. Nous avons eu plusieurs réactions : les gens plus « ouverts » qui ne voyaient aucun inconvénient à travailler pour des personnes nues, puis d’autres qui nous disaient « ne pas le sentir », ou que leurs proches n’étaient pas d’accord… Et on a même eu des des demandes de personnes naturistes qui voulaient travailler pour nous mais qui ne voulaient pas travailler habillés, alors que c’était impossible ! »

© NEON

Si les clients s’accordent à dire que pour le côté convivial, on repassera, la cuisine bistronomique du restaurant fait quant à elle l’unanimité. Il y en a pour tous et tout les goûts, avec entrées, plats et desserts vegan. Si Mike et Stéphane Saada ne sont pas adhérents à la Fédération Française de Naturisme, ils ont cependant reçu leur soutien : « iIs nous ont accompagnés dès le début sur le projet. Et l’Association des Naturistes de Paris a inauguré le restaurant. On a également rencontré pas mal de naturistes et d’associations naturistes. Ils sont tous ravis ! ». Tout comme le voisinage, qui a bien accueilli l’arrivée dans le quartier de ce nouveau restaurant : « Nous n’avons pas eu de plaintes ou d’animosité, contrairement aux réseaux sociaux où les gens sont plus virulents ». Haters gonna hate. Nakers will not care.

CIM Internet