Paris Match Belgique

#Notonmypasta : Le Parmesan et le Grana Padano sont produits « dans la souffrance »

parmesan souffrance

Le bien-être animal n'entre pour l'instant pas dans les critères imposés aux producteurs de lait. | © Flickr/wonsun

Food et gastronomie

Derrière deux célèbres fromages italiens se cachent une réalité à couper l’appétit : les vaches sont souvent maltraitées, émaciées et enfermées en permanence, a accusé samedi une organisation de défense des animaux, vidéo à l’appui. 

« Le Parmesan et le Grana Padano sont présentés comme des fromages de très bonne qualité, alors qu’en fait pour les vaches, rien n’est plus loin de la vérité », a déclaré Emma Slawinski, directrice des campagnes pour Compassion in World Farming (Compassion dans l’Agriculture Mondiale). « Ce que nos enquêteurs montrent, c’est la vie misérable des animaux dans les élevages industriels », a-t-elle ajouté.

Dans une vidéo récemment diffusée sur YouTube, l’organisation de défense des animaux montre les conditions de vie « choquantes » de vaches épuisées et vivant dans leurs excréments, rapporte l’AFP. Des images filmées dans neuf exploitations de la vallée italienne du Po. On y trouve « des animaux très émaciés, surexploités, traités comme des machines à lait, souffrant pour que nous puissions ajouter quelque chose sur nos pâtes ».

Lire aussi > Qui l’eût cru : les fromages suisses et les bières bruxelloises sont vraiment faits pour s’entendre

L’organisation a également lancé une campagne intitulée #notonmypasta (« pas sur mes pâtes »), afin de pousser les producteurs de ces deux fromages connus mais controversés à imposer des critères minimums de bien-être animal pour leurs fournisseurs de lait. Ces derniers sont propriétaires d’un demi-million de vaches pour des ventes de fromage atteignant quelque cinq milliards d’euros annuels.

Lire aussi > La planète food menacée par une pénurie de beurre

Le bien-être n’a pas d’impact sur le produit

Un porte-parole du consortium des producteurs de Parmesan a confirmé que le bien-être animal n’entrait pour l’instant pas dans les critères imposés aux producteurs de lait car « ce n’est pas quelque chose qui a un impact, autre que marginal, sur la qualité du produit ». Il a ajouté que les consortium était tout de même en train d’examiner la question et s’apprêtait justement à mettre en place un système destiné à assurer un minimum de bon traitement des animaux.

CIM Internet