Paris Match Belgique

Manger un peu de fromage tous les jours réduirait les risques d’attaques cardiaques

On a dit 40 grammes, pas 40 fromages. | © Flickr @sashafatcat

Food et gastronomie

Selon une étude récente, manger 40 grammes de fromage par jour pourrait aider à réduire ses chances de développer des attaques cardiaques et des AVC jusqu’à 14%.

 

Bien que le fromage soit riche en sel et en graisses saturées, ce qui n’est clairement pas des mieux pour notre santé, il a cependant quelques effets bénéfiques, en plus de ses vertus gustatives. Riche en calcium, zinc, et en vitamines A, B12 et K2, il serait bon pour les os, les dents… mais aussi pour le cœur !

Lire aussi > Le fromage n’est pas la bombe calorique que vous croyez, selon une étude

Dans une étude publiée en décembre dans le European Journal of Nutrition, des chercheurs de l’Université de Soochow en Chine expliquent avoir examinés 15 études faites en Europe et aux États-Unis qui ont étudié pendant dix ans les effets de la consommation de fromage sur plus de 200 000 personnes dont la majorité n’avait pas de maladies cardiovasculaires au début de l’étude. Conclusion : ils ont découvert que ceux qui mangeaient régulièrement du fromage -40 grammes de fromage pour jour pour être plus précis- réduisaient leurs « chances » d’avoir un AVC de 10%, une attaque cardiaque de 18% et de développer une maladie coronarienne de 14%. En effet, le calcium contenu dans le fromage empêcherait à une grande partie des graisses saturées d’être absorbées par le corps tout en augmentant simultanément les niveaux de « bon » cholestérol.

Lire aussi > Qui l’eût cru : les fromages suisses et les bières bruxelloises sont vraiment faits pour s’entendre

Le fromage contient également un acide qui prévient le colmatage des artères : « Le fromage contient des acides gras saturés, mais aussi des nutriments potentiellement bénéfiques », conclut le rapport. Et d’ajouter en nuançant : « On ne sait pas comment la consommation à long terme affecte le développement des maladies cardiovasculaires ». Mais comme le souligne le site Metro, il convient de souligner que les chercheurs dans ces études n’ont pas réellement testé les changements de régime chez aucun des participants, puisque ce ne sont que des observations d’études, ce qui fait que les résultats pourraient être influencés, par exemple, que les gens en meilleure santé sont plus susceptibles de manger du fromage.

 

CIM Internet