Paris Match Belgique

Menus de fêtes : Éviter les arnaques grâce à un catalogue très spécial

L'incontournable et sacro-sainte bûche de Noël. | © Flickr : Simon Law

Food et gastronomie

À l’approche des fêtes de fin d’année, l’association Food Watch publie un catalogue spécial « arnaques de fêtes » pour mettre en garde le consommateur.

 

D’aucuns ont déjà fait leurs achats de cadeau. D’autres sont déjà à l’affût de la moindre promo. En pleine effervescence qui précède le début des festivités, l’organisation Food Watch n’hésite pas à mettre les pieds dans le plat, quitte à casser un peu l’ambiance.

Pour faire de l’ombre aux multiples catalogues suggérant promotions et autres idées de menus, l’ONG qui défend les droits des consommateurs vient d’éditer son propre catalogue. Intitulé « Arnaques sur l’étiquette », le catalogue a été concocté tout spécialement pour vos menus de fêtes. « Mais attention, ouvrez l’œil », prévient Food Watch, « les étiquettes ne sont pas très honnêtes… L’emballage de tous ces produits vous induit en erreur ».

Des produits alléchants sur le papier mais qui cachent une autre réalité

En feuilletant le numéro, le consommateur averti se retrouve face à une large sélection de produits, de l’apéritif à l’entrée en passant (évidemment) par le dessert. Et il n’y a pas que le foie gras et la bûche glacée qui sont sur le banc des accusés. Pain d’épice, soupes préparées, steaks végétariens et pâtes brisées sont également au menu des arnaques. L’objectif, attirer l’attention du consommateur sur des produits alléchants sur le papier mais qui cachent une autre réalité. « Grandes et petites marques vous sortent le grand jeu pour vous séduire : les étiquettes revêtent leurs plus beaux atours. Les fabricants, eux, se frottent déjà les mains, dans la perspective d’un chiffre d’affaires doré à souhait », est-il écrit en guise d’introduction.

Lire aussi > 9 livres à boire et à manger pour les fêtes

Capture d’écran, © www.foodwatch.org

Suprême de homard, sans homard

Ces arnaques, elles concernent tous les rayons, « du chic, du pas cher, des labels, du bio, des marques connues, d’autres moins », et leur emballage en dit peu sur la qualité estimée du produit par l’ONG. « La réalité est qu’on se fait avoir de décembre à janvier. Car sur les emballages des aliments, les pratiques abusives ne sont pas l’exception mais souvent la règles ! », insiste-t-on. Pour Food Watch, un produit qui ne propose pas en bouche ce qu’il vend sur l’étiquette est donc une arnaque. Au même titre que les produits qui contiennent des additifs controversés, qui proviennent d’on ne sait où ou qui contiennent beaucoup trop de sucre. Ainsi, sous la photo d’un surimi « au goût frais de Homard », l’ONG écrit : « On a beau chercher, on n’y trouve aucune trace de homard, pas même sous forme d’arôme ». Quant au foie gras de canard d’une grande marque française, son emballage promet un « goût authentique » alors que « Surprise ! Ce foie gras contient du nitrite de sodium, un additif controversé pour ses effets sur la santé », précise-t-on.

Lire aussi > Comment l’agriculture pourrait être à 100% biologique d’ici à 2050

Avec sa campagne et son appel à signer une pétition, l’ONG espère secouer une nouvelle fois les consciences des consommateurs et faire évoluer les pratiques de l’industrie agroalimentaire.

 

CIM Internet