Angry Goy 2 : Ce jeu vidéo néo-nazi vous propose de tuer des personnes LGBT+ pour sauver Donald Trump

Angry Goy 2 : Ce jeu vidéo néo-nazi vous propose de tuer des personnes LGBT+ pour sauver Donald Trump

angry goy 2 néo-nazi lgbt+

Un niveau du jeu vous fait entrer dans un club gay pour assassiner sa clientèle. | © WHEEL MAKER STUDIOS.

Jeux Vidéo

Ce jeu morbide, promu par des militants d’extrême droite américains, fait l’apologie du meurtre de masse des personnes LGBT+ et des minorités.

Macabre, horrifiant, effroyable : les qualificatifs ne manquent pas pour dénommer le jeu vidéo Angry Goy 2, sorti le 11 novembre, largement relayé par l’extrême droite américaine et le suprémaciste blanc Christopher Cantwell, tristement connu pour son implication dans la manifestation d’extrême droite de Charlottesville. Ce soi-disant « jeu » incite les utilisateurs au meurtre des personnes issues de la communauté LGBT+ et des minorités, comme nous explique Newsweek, et à libérer Donald Trump, « pris en otage par des terroristes d’extrême gauche ».

Lire aussi > Quand les mouvements suprémacistes blancs utilisent les sports de combat comme moyen de recrutement

Un jeu qui s’inspire macabrement de la réalité

Les joueurs, armés de pistolets, couteaux et gaz poivré, doivent faire irruption dans une boîte de nuit gay pour libérer le président Trump et, une fois à l’intérieur, tuer « un maximum » de personnes LGBT. Un décor qui n’est pas sans rappeler le club gay Pulse, à Orlando, où 49 personnes avaient perdu la vie lors d’un attentat homophobe en juin 2016. Éffarant.

angry goy 2 lbgt+ trump
© WHEEL MAKER STUDIOS.

Une autre « mission » de ce jeu répugnant vous invite à tuer des journalistes dans les bureaux de la « Chaîne des Fake News », allusion à peine voilée à CNN, chaîne que s’évertue à dénigrer constamment le président américain. Et on ne peut s’empêcher de penser à Cesar Sayoc, l’homme soupçonné d’avoir envoyé au moins treize bombes artisanales à des personnalités critiques envers le président américain, dont CNN.

Un jeu « à vomir »

Selon PinkNews, qui relaie également l’information, plusieurs bandes-annonces de ce nouveau jeu vidéo ont été disponibles sur YouTube avant d’être retirées, et réunissaient pour certaines des milliers de vue. Les vidéos de la première édition du jeu, parue l’an passé et qui incitait à tuer des personnes d’origine juive notamment, avaient également mis du temps à être supprimées.

Lire aussi > Contrairement à son père, Ivanka Trump dénonce clairement les néo-nazis de Charlottesville

Sur les réseaux sociaux, des centaines de personnes ont appelé les autorités compétentes à interdire et suprimer le jeu des différentes plateformes en ligne où il est disponible.

« Il s’agit d’une incitation profonde à commettre des meurtres dans des clubs gays, des synagogues et d’autres cibles d’extrême droite, a commenté un porte-parole de l’association Community Security Trust. Nous connaissons tristement la réalité des fusillades de masse dans de tels endroits, ce qui rend ce soi-disant jeu encore plus dangereux et à vomir ».

CIM Internet