Paris Match Belgique

Ces adolescents qui gagnent des milliers grâce à Fortnite

Fortnite

Ces crimes sont passibles de deux ans de prison. | © Whelsko / Flickr

Jeux Vidéo

Des adolescents gagnent plusieurs milliers de livres par semaine en piratant des comptes Fortnite.  

 

À 14 ans, la plupart des adolescents gagne quelques dizaines d’euros par mois grâce aux baby-sitting et petits travaux ponctuels. Des sommes qui sembleraient dérisoires aux jeunes génies du web ayant intégré un réseau de pirates opérant autour du jeu Fornite20 d’entre eux, issus de plusieurs pays européens, ont été interrogés par la BBC. Ils on expliqué s’être enrichis en volant les comptes privés de joueurs et en les revendant ensuite sur la toile. « Vous ne pouvez pas vous faire prendre, personne ne vérifie », a déclaré un des jeunes pirates au média. Il estime avoir gagné près de  16 000 livres (plus de 17 000 euros) en sept mois. Un jeu dangereux.

Lire aussi > La « Danse à la Carlton » plagiée par Fortnite ? [VIDÉO]

Crime organisé

En principe, jouer à Fornite est gratuit. Mais les producteurs du jeu ont aussi amassé plus d’un milliard de livres en vendant aux utilisateurs des accessoires, les « skins », qui comportent des apparences alternatives pour les personnages ainsi que des fonctionnalités supplémentaires. Des « adds » avec une visée purement esthétique, puisqu’ils ne rendent pas les utilisateurs plus performants. Mais ce sont ces derniers qui nourrissent un marché noir qui croit continuellement.

Les utilisateurs lésés reçoivent en général un courrier électronique leur annonçant le changement de leur mot de passe et l’ajout d’une seconde étape d’authentification. Ils ne peuvent alors accéder au jeu qu’à partir d’un code envoyé à une adresse e-mail ou à une application enregistrée par le hackeur. Selon ce que les joueurs hackés possèdent, les comptes sont ensuite revendus pour des sommes allant de 25 centimes à plusieurs centaines d’euros.

Fortnite
© Flickr

La National Crime Agency britannique a expliqué à la BBC qu’il y avait toujours eu un lien entre jeux vidéo et pirates. Mais des réseaux de cette ampleur comportent un aspect inquiétant : « Nous savons que ce genre d’activités est liée au crime organisé et nous savons qu’elles sont menées par des personnes plus dangereuses dans les coulisses (…) On sait que la cybercriminalité est en train de grandir. Si nous n’agissons pas, beaucoup pourront emprunter cette voie », a-t-elle expliqué. Ils ont encouragé les producteurs à prendre des mesures afin que les adolescents, jouant en général un rôle intermédiaire, ne soient plus tentés par ce genre de crimes, qui sont passibles de deux ans de prison.

Lire aussi > Face à la folie Fortnite, des parents envoient leurs enfants en « cure de désintoxication »

Epic, le producteur du jeu en ligne comptant déjà plus de 200 millions d’utilisateurs, a refusé de commenter l’affaire mais a promis travailler à plus de sécurité.

CIM Internet