Pourquoi l’Irak veut interdire Fortnite

Pourquoi l’Irak veut interdire Fortnite

fortnite

Image d'illustration. | © Flickr/Whelsko

Jeux Vidéo

L’Irak envisage d’interdire plusieurs jeux vidéo par crainte qu’ils encouragent la violence dans le pays et « menacent la paix sociale ».

Coup dur pour les fans de Fortnite en Irak. Les législateurs se demandent actuellement si des jeux tels que Fortnite, Apex Legends et PlayerUnkown’s Battlegrounds devraient être interdis dans le pays. Une députée a même estimé que ces jeux vidéo populaires « menacent la paix sociale et morale » en Irak, indique The Independent. « La Commis­sion de la culture, de l’in­for­ma­tion, du tourisme et de l’ar­chéo­lo­gie s’inquiète de la propa­ga­tion du phéno­mène des jeux vidéo, qui est à l’ori­gine de la violence parmi les enfants, les jeunes garçons et les filles », a déclaré la députée Sami’a Ghulab samedi. Ces jeux « affectent le niveau social, psycho­lo­gique et éduca­tif de tous ceux qui y jouent », a-t-elle ajouté, sans donner aucune preuve. Selon la députée, ce sujet « nécessite une pause sérieuse de la part de toutes les autorités pour mettre fin à ce phénomène négatif par la promulgation d’une législation interdisant la circulation de ces jeux ».

Le sujet de la violence incitée par les jeux vidéo revient régulièrement sur la table, sans jamais avoir été réellement prouvé. Une récente étude a même démenti l’existence d’un lien entre les jeux vidéo dits violents et le comportement agressif des adolescents. Les chercheurs de l’Université d’Oxford suggèrent que cette crainte a été exagérée. « L’idée selon laquelle les jeux vidéo violents sont à l’ori­gine des agres­sions dans le monde réel est certes popu­laire, mais elle n’a jamais été prou­vée », déclare l’au­teur prin­ci­pal de l’étude, le profes­seur Andrew Przy­bylski. « Malgré l’in­té­rêt des parents et des poli­tiques pour le sujet, la recherche n’a pas démon­tré qu’il y avait lieu de s’inquié­ter. »

Lire aussi > Comment Fortnite pourrait sensibiliser à la protection de l’environnement

Devrait-il être interdit pour d’autres raisons ?

Le prince Harry s’en est lui aussi pris violemment au jeu qui rassemble plus de 250 millions d’inscrits, sans pour autant évoquer la potentielle violence qu’il inciterait. « Ce jeu ne devrait pas être autorisé », a lâché le duc de Sussex lors du centre YMCA de South Ealing à Londres, le 3 avril dernier. « Il a été créé pour générer une addiction. Une addiction dont le but est de vous garder devant votre ordinateur le plus longtemps possible. C’est tellement irresponsable », a poursuivi le futur papa très engagé dans le combat contre les maladies mentales chez les jeunes.

CIM Internet