Paris Match Belgique

En Chine, un jeu propose de tabasser les manifestants hongkongais

Un jeu vidéo contre les manifestants à Hong Kong

Une preuve de la violence croissante contre les manifestants pro-démocratie.. | © DR

Jeux Vidéo

En Chine, la propagande anti-Hong Kong s’étend jusqu’à un jeu vidéo. Son nom ? « Tout le monde frappe les traitres ».

 

Hong Kong avait « The Revolution of Our Times », l’application (supprimée) pour se mettre dans la peau d’un manifestant, ainsi que le jeu en réalité virtuelle « Liberate Hong Kong ». Dorénavant, la Chine propose à son tour un jeu vidéo. Intitulé « Everyone Hit The Traitors » – « Tout le monde frappe les traitres » en français -, il permet aux joueurs de tabasser des manifestants pro-démocratie ou des caricatures grotesques de figures connues de la révolte, comme Joshua Wong et Martin Lee, à coups de batte de baseball, de baffe ou de chaussure.

Bien que l’origine de ce jeu soit encore inconnue, son but, lui, ne présente aucun doute. En affichant des textes tels que « Hong Kong fait partie de la Chine, et les puissances extérieures n’ont pas à s’en mêler », traduit The South China Morning Post, le jeu est un outil de plus dans le cadre de la propagande anti-manifestation.

Selon Vice, « Everyone Hit The Traitors » présente également des dessins d’Occidentaux récompensant des manifestants pour avoir tué des policiers ou pour se suicider.

Lire aussi > À Hong Kong, ce petit garçon de 12 ans est devenu le plus jeune manifestant poursuivi par la justice

Des dessins du jeu chinois contre les manifestations à Hong Kong
© DR

L’organisation de presse publique chinoise Global Times a publié un reportage élogieux sur le jeu vidéo, affirmant qu’il était populaire sur les réseaux sociaux appartenant à Weibo, le Facebook chinois, rapporte The South China Morning Post

Preuve de la violence croissante contre les manifestants

D’une manière indéniablement maladroite, « Everyone Hit The Traitors » souligne la violence croissante et l’intolérance officielle dirigées contre les manifestants de Hong Kong, qui, depuis juin dernier, mènent des actions quasi quotidiennes pour exiger des réformes démocratiques.

CIM Internet