Paris Match Belgique

American Eagle arrête la vente de ses "bracelets d'esclave" suite aux critiques

La polémique avait éclaté en décembre dernier. | © Twitter/@Ron_II

Mode

La marque American Eagle Outfit a fait grogner les acheteurs en décembre dernier avec des bracelets à l'étrange inspiration. La marque a désormais décidé de les retirer de la vente.

Décidément, les dérapages sont à la mode dans le secteur du prêt-à-porter. Quelques semaines avant la polémique autour de H&M, c'était la marque American Eagle qui brûlait sous le feu des critiques de ses acheteurs, après avoir été surprise en magasin avec un bracelet au douloureux souvenir.

Lire aussi > De Diddy à Romelu Lukaku en passant par The Weeknd, les stars réagissent à la polémique H&M

L'un des premiers à avoir découvert le bijou - et à interpeller American Eagle - est un certain Ronald Frazier. Sur Twitter, il a fait remarquer : "J'ai vu ce 'bracelet' et je pense que vous devez repenser ceci. Je ne le porterais jamais au vu de ses connections évidentes avec l'esclavage. J'espère que vous ferez le bon choix et l'enlèverez de vos magasins ».

Le tour de poignet ressemble en effet à s'y méprendre aux chaines portées par les esclaves aux États-Unis, jusqu'à ce que la pratique y soit abolie. Jusqu'à présent, on ne pouvait plus les trouver que dans les vitrines du musée national d'Histoire américaine.

©Vidal Collection/Musée national d'Histoire américaine

Après avoir reçu plusieurs plaintes sur les réseaux sociaux, ainsi que l'attention des médias américains, American Eagle a décidé de faire marche arrière en stoppant la vente de ses bracelets. "Nous avons entendu et compris les préoccupations à propos du bracelet. Nous présentons nos excuses et retirons le produit de nos enseignes et de notre site », a ainsi fait savoir la marque à KTNV.

Lire aussi > Itinéraire du wax, l’étoffe devenue le symbole de la mode africaine

Les critiques auraient néanmoins pu être évitées si American Eagle s'était souvenu du - mauvais - exemple de Mango, qui avait créé la polémique en 2013 en mettant en vente des "bijoux-esclaves », présentés comme tels sur son site. Mango s'était alors défendu par une "erreur de traduction ».

 

CIM Internet