Cowgirl à la mode : les looks western à attraper au lasso

Cowgirl à la mode : les looks western à attraper au lasso

Photo d'illustration | © AFP PHOTO / JIM WATSON

Mode

Quand la mode western se conjugue au féminin, les plus grandes marques sortent les chapeaux et les chemises satinées.

 

Ce week-end, une version restaurée du film culte Johnny Guitar, réalisé par Nicholas Ray en 1954, ressort au cinéma. Derrière ses airs de western traditionnel se cache pourtant une fable subversive qui met en avant la force féminine et révèle une satire bien sentie de l’Amérique des années 50. Avec ses couleurs flashy et les réparties catchy de Joan Crawford, Johnny Guitar est un film magnifiquement rétro dans le fond et la forme qui donne envie de copier le look western et de jouer les cowgirl badass.

Les podiums à copier

Versace empile les clichés avec humour et glamour en faisant défiler des mannequins vêtus de cuir noir de la tête aux pieds et accessoirisés de doré. Ceintures chaîne, boucles d’oreilles plumes, cravate cowboy et stetson cerclé de pièces d’or, le style western à l’italienne est un must du beau bling.

©Versace

Lire aussi > La leçon de piano (et de mode)

Pour le créateur américain Calvin Klein, l’allure Far West s’assume en couple dans une version spaghetti fantaisie. Chemises bicolores satinées, pantalons block brillants, santiags vernies, sac à franges… Le total look cowboy est de rigueur et haut en couleurs.

©Calvin Klein

Chez la très hype griffe new-yorkaise Coach 1941, la cowgirl version 2018 mixe les style et porte la chemise en daim et cuir ouverte sur une sleep dress champagne en soie brodée de dentelle.
Une belle façon de donner un côté folk décontracté à son dressing du soir.

©Coach 1941

Lire aussi > Drunk in Love : Pour la Saint-Valentin, Beyoncé dévoile une ligne de vêtements

On craque pour la veste carrée et cloutée en jean brut signée Zadig & Voltaire que l’on porte en total look denim de jour et sur une robe en satin le soir.

©Zadig et voltaire

La créatrice coup de cœur

Rencontre avec la modiste bruxelloise Florence Coenraets qui décline son univers de coiffes en plumes en objets grigri chic.

Comment cette idée « d’objet » vous est elle venue?
« Les Masques Plume sont nés par hasard, sur un coin de table, en marge d’un projet plus important. J’ai assemblé des débris de plumes pour leur donner une nouvelle forme et une expression différente. J’ai toujours aimé la technique du collage, c’était une belle occasion ».

Fait il référence à une superstition ou quelque chose de spirituel ?
« La plume a toujours fait l’objet d’un symbolisme puissant en représentant aussi bien la force que la légèreté de l’oiseau. Par ailleurs, j’ai toujours été fascinée par le visage : ce qu’il donne à voir, ce qu’il communique… Ainsi l’objet du ‘Masque’ m’interroge continuellement. Ces petites pièces doivent s’offrir aux gens que l’on aime pour leur transmettre de la magie et de la douceur pimenté d’humour ».

Peut on le porter en accessoire de mode?
« Chaque Masque Plume est un collage unique de plumes relié à un fin clou pour pouvoir être fixé à un mur mais c’est très agréable de voir que les gens s’approprient cet objet et trouvent d’autres manières de le présenter en le portant piqué sur le revers d’une veste ou sur un chapeau ».

©Coenraets Florence
CIM Internet