Paris Match Belgique

Macha Thys, l'accro de la maille

Les secrets de fabrication d’une collection, un mannequin test et des images d’inspiration.

Mode

À seulement 30 ans, cette styliste liégeoise a déjà fait ses armes et ses preuves dans les plus grandes maisons françaises de Sonia Rykiel à Dior en passant par Chanel.

 

Forte de ces expériences prestigieuses et de son bel héritage familial du travail de la maille, elle lance il y a un an sa propre marque de tricot et séduit instantanément les modeuses exigeantes. Touchée par la nouvelle tendance actuelle de la « slow fashion » qui prône le retour au simple sublimé, Macha crée une mode intemporelle où l’artisanat pur est la force vive du luxe. Rencontre avec une créatrice belge installée à Paris, une jeune femme inspirée et inspirante qui met ses idéaux au service du beau.

La créatrice, Macha Thys, dans son atelier sous les toits parisiens.

Paris Match.be : Votre parcours professionnel est très impressionnant, comment les maisons luxueuses ont elles influencées votre vision de la mode et votre collection personnelle ?

Macha Thys : Au point de vue de la technique pure, ces expériences m’ont avant tout apporté de la rigueur. Un sens aiguisé du travail précis que demande les belles matières, les finitions pointues et le souci du détail. Mais j’ai également pû m’intéresser au côté plus structurel de telles enseignes. J’ai vu et compris la complexité du développement d’une collection de son origine à sa réalisation. J’ai pris en compte l’importance de l’aspect financier, du management, de la communication... Autant de points cruciaux qu’on aborde trop peu dans les écoles de stylisme où il ne s’agit souvent que de création.

It pièce de l’été, le peignoir comme manteau de soirée à glisser sur une robe nuisette immaculée.

Aujourd’hui, grâce à cette immersion dans des ateliers prestigieux, j’ai pû monter ma marque avec les bons atouts et j’ai choisi de travailler en famille pour me sentir en confiance et rester totalement impliquée. C’est mon père qui est aux commandes de la partie financière et administrative de mon entreprise et c’est quelque chose d’extrèmement rassurant.

À l’heure de la super consommation, comment parvenez-vous à allier artisanat et luxe ?

Justement, l’offre actuelle est si vaste et les tendances tellement fugaces que c’est cet artisanat du fait main hors de l’usine, qui est devenu le luxe absolu. Je suis convaincue que la dimension « humaine » de la mode est aujourd’hui ce qui peut faire la différence.

Lire aussi > Pimp My Street : Des créateurs belges pour redynamiser l’Îlot Sacré

Collaborer en direct avec les confectionneurs, communiquer avec les clientes, personnaliser la demande et créer une vraie communauté sont autant de choses qui rendent une collection unique, appréciable et donc luxueuse. Je crois que cette sincérité dans ma vision de la mode et dans mon travail se retrouve dans ma collection et lui donne une dimension exclusive mais néanmoins chaleureuse.

Votre amour de la maille est une histoire d’enfance et de famille, racontez-nous comment vous avez été initiée ?

J’avais à peine 7 ans quand ma grand-mère m’a enseigné le tricot. À l’époque, je dessinais des robes sur des cahiers à petits carreaux et mon grand-père m’a annoncé que c’était en fait un vrai métier : le stylisme. Je suis alors passée des crayons aux aiguilles et j’ai commencé à tricoter des vêtements pour mes Barbies. Ma vocation était née et elle ne m’a plus quitté.

Panier en osier et laine épaisse, le luxe simple selon Macha Thys.

Aujourd’hui, j’emploie trois tricoteuses belges âgées de 45 à 70 ans, nous sommes liées par notre passion et avons développé une belle complicité personnelle et professionnelle. Cette configuration intimiste est la continuité toute naturelle de mon enseignement du tricot, de mon histoire.

Que pouvez-vous nous dire sur votre collection ?

J’ai une série de basiques disponible toute l’année dans 20 coloris différents (gilets extra longs, cardigans boutonnés, pull col v…). J’agrémente cette collection avec des pièces inédites plus pointues et plus mode à chaque saison (comme le bikini brassière beige pour cet été 2018). L’ensemble de ma collection est fait de pièces fortes, durables et confortables, que l’on peut matcher au gré des ses envies et qui se portent aussi bien sur un jean usé pour cocooner sur le canapé que sur une robe en soie pour sortir. Aujourd’hui, le tricot est devenu une pièce incontournable du dressing féminin.

Beau basique du look street, la robe à capuche que l’on porte avec une pochette XXL colorée et des Converse usées.

J’aime l’idée de transmission qu’évoque la maille. Je tiens beaucoup à l’idée qu’elle puisse résister au temps qui passe et se léguer de générations en générations. À chaque époque et pour chaque femme, le même tricot peut se porter de différentes façons selon l’âge, la tendance actuelle et le style de vie. La finesse de l’artisanat, la qualité des matières, la dimension haut de gamme et intemporelle des modèles permettent cette belle longévité et l’envie de se lover dans la laine.

 

Infos, collections et eshop sur macha-thys.com

CIM Internet