Paris Match Belgique

En Belgique, de plus en plus de commerces disent « non » à la fourrure

fourrure

"Tuer des animaux pour fabriquer de la fourrure, c'est une pratique dépassée" | © EPA/DIEGO AZUBEL

Mode

Après les grandes marques de la mode, comme Versace et Gucci, c’est au tour d’une centaine d’enseignes présentes en Belgique de bannir la fourrure de leurs rayons.

« Notre liste des commerces sans fourrure continue de s’allonger », s’est réjouie, mercredi, l’association de défense des animaux Gaia. Nouvelle adhérente: la chaîne de magasins de chaussures Torfs ne vendra plus de fourrure après sa collection hiver 2018. Elle rejoint la centaine de marques et d’enseignes présentes en Belgique qui se sont engagées à bannir la fourrure de leurs rayons.

Membre de la coalition internationale « Fur Free Alliance » (Alliance contre la fourrure, NDLR), Gaia mène campagne auprès de grandes marques du secteur de l’habillement afin de les convaincre de ne plus vendre de fourrure d’animaux et de signer le programme « Commerce sans fourrure ». Zara, C&A, Esprit, Bershka, H&M, JBC, … de nombreuses enseignes du prêt-à-porter ont déjà adhéré à ce programme, dont une centaine en Belgique.

Lire aussi > Le volte-face inattendu de Versace contre la fourrure animale

Mode et éthique

« Cela prouve qu’il est parfaitement possible de combiner mode et éthique. Tuer des animaux pour fabriquer de la fourrure, c’est une pratique dépassée, pour le consommateur comme pour le monde de la mode », affirme la porte-parole de Gaia, Ann De Greef. « Quand j’ai débuté dans la vente de chaussures, il y a 30 ans, les bottes en fourrure de lapin étaient très populaires. Aujourd’hui, ça paraît impensable. Ca me donne vraiment de l’espoir pour l’évolution de notre conscience collective », abonde Wouter Torfs, directeur général de l’enseigne du même nom.

Lire aussi > Les sordides élevages de lapins élevés pour leur fourrure

À l’échelon mondial, plus de 860 marques et enseignes se sont engagées à ne plus recourir à la fourrure. D’après la coalition « Fur Free Alliance », quelque 100 millions de renards, visons, chinchillas, ratons laveurs ou castors sont tués chaque année à travers le monde dans le but d’en faire des manteaux, des cols ou autres accessoires. En Belgique, seuls des visons sont élevés pour la fourrure. Cette pratique est toutefois interdite depuis 2015 sur le territoire de la Région wallonne.

– Avec Belga

Mots-clés:
fourrure
CIM Internet