Paris Match Belgique

Maureen Louys, des écrans aux aiguilles

L'animatrice de la RTBF a décidé de se lancer dans un business qui a du chien | © Kathleen Wuyard

Mode

La pétillante présentatrice a lancé ses accessoires canins cousus main.

« Une deuxième naissance professionnelle » : c’est ainsi que Maureen Louys qualifie Who’s That Dog, la marque d’accessoires qu’elle a lancé il y a un peu plus d’un an. Créatrice et entrepreneuse de jour, présence souriante et dynamique sur les écrans de TV une fois la nuit tombée, Maureen ne s’arrête jamais. Rencontre avec la pile électrique du paysage audiovisuel belge.

Après treize années passées à la RTBF, Maureen Louys a fait le pari du changement en lançant Who’s That Dog, sa marque d’accessoires pour chiens.
« Un marché de niche » comme elle le souligne dans un éclat de rire, mais dont le succès lui permet de s’épanouir. « Je viens d’une famille d’indépendants, c’était presque naturel pour moi de sauter le pas à un moment. Forcément, c’était stressant de décider de quitter le confort de la vie de salariée, mais je ne regrette rien. Pouvoir allier mon travail dans les médias à un côté plus créatif et manuel, c’est vraiment ce dont j’avais besoin ».

Des accessoires qui ont du chien

Une rue paisible du BW,  une chambre d’amis transformée en atelier, où Maureen Louys créé ses colliers et accessoires dans un joyeux fouillis de tissus colorés. C’est chez elle qu’elle nous reçoit, sous l’œil inquisiteur de ses muses, Juliette et Sidonie, deux teckels aux colliers chics signés Maureen Louys.
« J’avais envie qu’elles aient un joli nœud en écossais comme dans les films de Disney, mais je ne trouvais jamais ce que je voulais en magasin. J’ai décidé de leur en fabriquer moi-même, et la réaction de mon entourage a été super positive. Face à l’engouement, je me suis dit que j’allais tenter le tout pour le tout et lancer ma marque ».
Quitte à devoir apprendre tout très vite : « je me suis retrouvée à devoir faire des patronages alors que je ne suis pas couturière. Aujourd’hui, je gère tout, de la création des colliers aux retouches de mes photos en passant par la gestion des réseaux sociaux ».
Surmenée, mais heureuse : « j’ai toujours été très manuelle, et j’avais vraiment besoin d’une activité qui me permette d’explorer ce côté. D’autant plus que Who’s That Dog a un côté très gratifiant : c’est super chouette de voir la réponse des gens, de réaliser qu’ils sont contents, que l’idée leur plait »…

Un rythme ébouriffant

La présentatrice n’est pourtant pas étrangère au succès. Dès ses débuts, son tempérament solaire et son franc-parler ont su lui attirer les faveurs des téléspectateurs, qui sont des centaines de milliers à la suivre chaque semaine dans The Voice.
Ils étaient 470 000 pour le lancement de la saison 6, « des chiffres très encourageants », et Maureen compte bien continuer encore longtemps à remplir ce rendez-vous hebdomadaire. « Ca fait six ans que je présente l’émission, mais je ne suis pas du tout dans une routine. Certes, la mécanique reste la même, mais c’est hyper excitant comme programme, les talents et les coaches changent tout le temps ».
Et quand elle n’est pas sur les plateaux, pas de repos : « il me faut environ une heure pour réaliser un collier en entier. Pendant la période des fêtes, j’avais plusieurs commandes par jour, il fallait tenir le coup. Heureusement, je m’étais bien organisée en amont. J’ai fait quelques marchés de Noël, et les visiteurs étaient très surpris. Ils regardaient les colliers, puis moi, puis les colliers… et finissaient toujours bien par me dire que je ressemblais drôlement à la présentatrice. C’est amusant, mais gratifiant aussi : ça veut dire que mes accessoires plaisent vraiment, et pas simplement parce que les gens me connaissent du petit écran ».

Sans compromis

La nouvelle étape pour cette touche-à-tout de talent ? Elargir sa gamme d’accessoires canins aux humains, en proposant des bijoux permettant aux propriétaires de canidés d’arborer fièrement leur race préférée. Une idée au poil, dont Maureen parle avec enthousiasme, racontant l’enfance avec des parents bijoutiers (« je suis née dans le métier »), la reconversion de sa sœur (« elle a pu me conseiller quand j’ai décidé de me lancer »), sa passion pour les accessoires… Souriante et solaire, elle incarne à merveille cette génération tourbillon qui vole d’un projet à l’autre, sans pour autant papillonner.
Accessoires, bijoux, animation : choisir, c’est renoncer, et Maureen a la volonté de mener tout de front. « Je ne pense pas qu’il existe un seul présentateur qui n’aurait pas envie de présenter The Voice : c’est positif, ça met en avant des talents de chez nous… J’espère pouvoir la présenter le plus longtemps possible et continuer à concilier mes deux activités. Je n’ai pas envie de devoir faire de compromis et de lâcher quoi que ce soit ».
Ambitieuse, déterminée : Maureen Louys ne manque décidément pas de mordant.

 

CIM Internet