Paris Match Belgique

Quand la Grèce inspire les créateurs de mode

La Grèce, sa langue, sa mythologie, sa philosophie, son architecture et son système politique ont forgé la culture occidentale. | © Unsplash

Mode

Ces dernières années, le pays est une source d’inspiration inépuisable pour les grands noms de la planète fashion, comme Dior ou Chanel. 

La Grèce, sa langue, sa mythologie, sa philosophie, son architecture et son système politique ont forgé la culture occidentale. Aujourd’hui, elle fait encore rêver les créateurs de tous horizons en quête d’inspiration.

Mykonos accueille Dior

L’île la plus festive de la Grèce. C’est à Mykonos que Dior a décidé d’ouvrir son dernier pop up store à l’architecture typique. Au cœur des Cyclades, Maria Grazia Chiuri, la directrice artistique de la maison, propose des créations exclusives en l’honneur de la ville où – la légende le dit – les géants vaincus par Héraclès seraient enterrés sous la roche. Cabas, jupe en tulle et bodys rayés forment la collection « J’aDior Mykonos » qui fleure bon la Méditerranée tout en gardant une pointe de style à la française.

Le pop store Dior x Mykonos. Morgan O Donovan

Lire aussi > L’histoire d’amour continue entre Jennifer Lawrence et Dior

Le paradis perdu de Karl Lagarfeld

« La Modernité de l’Antiquité ». Tel est le nom évoquateur d’une collection Chanel imaginée par Karl Lagarfeld en 2017. Inspirée par la civilisation grecque, on y trouve des tenues légères aux épaules drapées et à la taille ceinturée, comme les Grecques en portaient. Les motifs des robes rappellent les vases et les frises de l’Antiquité ou encore les branches de lauriers. Une Grèce idéalisée que le créateur voit comme « le lieu d’origine de la beauté, de la culture, où s’épanouit une formidable liberté des corps qui a désormais disparu ».

Les codes esthétiques antiques s’imposent comme des rites d’entrée dans l’Olympe de la couture française.

La Fashion Week parisienne de janvier 2018 proposait également son lot de défilés multipliant les références à la Grèce. Chez Georges Hobeika notamment où les mannequins avaient des allures de déesses grecques, parées de spartiates et de robes asymétriques blanches ou pastel.

Lire aussi > Mykonos, l’odyssée des branchés

« En 2018, les réminiscences de la Grèce antique sont marquées par les canons esthétiques circulant dans les industries cultuelles européennes et américaines. Dans le champ de la mode, les codes esthétiques antiques s’imposent comme des rites d’entrée dans l’Olympe de la couture française », analyse le site Antiquipop. Une tradition en forme d’hommage qui a encore de beaux jours devant elle.

CIM Internet