Paris Match Belgique

Comment les Birkenstock sont devenues le summum du cool

De ringard à cool, il n'y a qu'un pas. | © Unsplash

Mode

Créée en 1774, la marque allemande s’offre une seconde jeunesse et séduit même les créateurs les plus en vue.

Une semelle en liège devenue culte. Et si elle a longtemps été considérée comme ringarde, la Birkenstock et son look inimitable n’avaient pas dit leur dernier mot. Car aujourd’hui, même les fashionistas les portent. Sans sourciller. Itinéraire d’une sandale pas comme les autres.

Une semelle centenaire

C’est à Langen-Bergheim que la marque voit le jour en 1774 grâce à Johan Birkenstock, cordonnier de métier. Mais ce n’est qu’en 1897 que son descendant, Konrad, crée la fameuse semelle qui épouse parfaitement la voûte plantaire. Ce « Fussbett » (« lit de pied », ndlr) sera affiné au fil des décennies jusqu’à la sortie d’un modèle phare en 1964 : la sandale Madrid. Il tape dans l’œil de l’entrepreuse Margot Fraser qui décide de les commercialiser aux États-Unis. La conquête mondiale peut commencer.

Lire aussi > Balenciaga réinvente les Crocs lors de la Fashion Week

Le confort, c’est cool

Aujourd’hui, les Birkenstock n’ont jamais été aussi variées. Elles sont vendues dans 80 pays et quelque 25 millions de chaussures ont été écoulées en 2017. Et, désormais, elles ne séduisent plus que les touristes en goguette, même les millennials se les arrachent. Car pour cette génération en quête permanente d’authenticité, rien de plus cool que le confort, analyse Beth Goldstein, une experte mode, dans Inc. La cerise sur le gâteau ? La marque s’est offerte les services du créateur Rick Owens. La collaboration exclusive a d’abord présentée à la Fashion Week de New York en 2017, et est commercialisée depuis peu. Preuve s’il en est que Birkenstock a définitivement basculé du côté de la hype.

A post shared by O’ Per Liera (@operliera) on

A post shared by BANG 💙 LINDA (@taebang.ng) on

CIM Internet