Paris Match Belgique

Shopfiction : Quand acheter les vêtements d’un personnage de livre devient possible

Shopping et littérature font-ils bon ménage ? | © Unsplash

Mode

Une auteure américaine vient d’inventer une nouvelle forme de littérature qui brouille les frontières entre fiction et… shopping.

Le personnage principal entre en scène. Elle est vêtue d’un jean slim délavé, d’une chemise à rayures bleue, de Chelsea boots en daim marron, et d’un trench beige. Mais cette fois, on ne fait plus seulement appel à son imagination. Il est possible de savoir exactement quels vêtements l’auteur avait en tête. Et de les acheter. Le genre a même un nom : shopfiction.

Placement de produit littéraire

On doit cette nouvelle approche littéraire à Riley Costello, une auteure américaine de 28 ans. La version digitale ou papier de son nouveau livre Waiting at Hayden’s – il s’épanche sur les relations amoureuses de notre époque –contient des liens vers le site web de marques. Les vêtements et le mobilier décrit dans certaines scènes majeures sont ainsi mis en avant. Un nouveau type de placement de produit avec lequel elle touche une commission en cas d’achat par ses lecteurs.

Le genre de vêtements décrits dans le livre de Riley Costello.

Lire aussi > Avec cette carte, dénichez le livre idéal en fonction de votre lieu de vacances

Le rôle de Reese Witherspoon

Pour l’auteure, la shopfiction est une manière inédite d’approfondir les personnages, d’interagir avec ses lecteurs, et d’établir des ponts entre fiction et réalité. C’est est aussi un moyen de faire la promotion de marques fondées par des femmes. Pour son livre, Riley Costello s’est par exemple associée à des marques comme Van de Vort ou Winston White. Et cette idée pour le moins étonnante lui est venue grâce à une actrice très célèbre. « J’ai été inspiré par Reese Witherspoon qui a créé sa propre boîte de production afin de donner la possibilité aux femmes de raconter des histoires de femmes », explique-t-elle.

Lire aussi > Reese Witherspoon met le monde à ses pieds (et personne ne s’en rend compte)

Reste à savoir si les marques ne deviennent pas le personnage principal au détriment de l’histoire…

CIM Internet