Paris Match Belgique

Max Mara, la marque italienne incontournable cet hiver

Inspiré par le sublime manteau en cachemire camel, basique incontournable de la maison, le 'Teddy Bear Coat' est devenu une véritable it pièce de la nouvelle génération. | © AFP

Mode

Avec son aura d’élégance raffinée et intemporelle, la griffe italienne s’est hissée au rang des plus grandes maisons de luxe avec une longévité et une cohérence exceptionnelles. Retour sur une success story façon dolce vita.

Fondée en 1951, la maison de tailleur pour femme est la première à déceler le potentiel du prêt à porter en créant à grande échelle une collection de deux pièces phares qui demeurent des incontournables de la marque : le tailleur framboise et le manteau camel. À l’époque, c’est une grande révolution. Pourtant, malgré cette ambition d’innovation et d’expansion, Max Mara demeure une entreprise familiale qui s’étend aujourd’hui sur 3 générations, une exception dans l’univers fluctuant de la mode. Dans les ateliers et les bureaux, cette ambiance familiale persiste et inspire tous les pôles de la marque avec une grande mise en valeur du travail collectif. Un idéal qui permet de réaliser des collaborations fidèles et fructueuses comme en témoigne le parcours de son directeur artistique actuel, Ian Griffith. À la fin des années 80, ce styliste anglais fraîchement diplômé du Royal College of Art de Londres participe à son premier concours de design organisé par Max Mara et le remporte. Il est alors directement engagé par la griffe italienne. Pendant 20 ans, il collabore avec la maison avant d’en devenir le directeur artistique et de lui apporter sa vision pop urbaine tout en respectant son adn d’élégance et de féminité. Un mixe sublime à l’origine de la tendance confo chic.

Emily Blunt, Katie Holmes, les soeurs Hadid

Autre imprimé tendance cet hiver, le léo s’impose et se superpose. Max Mara opte pour une version working girl avec un manteau lainé, un petit pull en mohair et une jupe crayon passée sur un pantalon 7/8. ©AFP

Porté par son image raffinée empreinte de féminité, la maison développe des projets artistiques axés sur les femmes pour étendre sa belle influence.

En 2005 Max Mara crée, à Londres, le ‘Art Prize for Women’ qui récompense le travail d’une jeune artiste et lui offre une résidence de plusieurs mois en Italie pour développer son art et monter une exposition. Prix très reconnu dans le milieu de l’art contemporain, il met en lumière des artistes talentueuses telle que Laure Prouvost qui expose aujourd’hui dans le monde entier. Depuis 11 ans, Max Mara est également associé au ‘Women In Film’ de Los Angeles, un événement qui fait la promotion des femmes dans le cinéma. À cette occasion, Max Mara décerne le prix ‘Face of the Futur’ à une actrice montante, à la fois naturelle et élégante. Parmi ces stars, on compte Emily Blunt, Katie Holmes ou encore, en mai dernier, la jeune Alexandra Shipp.

Le vêtement est la star

Ce manteau s’éloigne de son modèle traditionnel avec une version plus actuelle à la coupe carrée ample et enveloppante comme un peignoir de luxe.Porté par Elsa Hosk © Gotham/GC Images

S’il est indéniable que la maison Max Mara sait utiliser l’art de la communication, elle n’en garde pas moins son idéal de mode avec le vêtement au centre de toutes les considérations : de la création à la confection et sur les podiums de la fashion week milanaise. C’est lui qui est et sera toujours la seule vraie star de la maison. Et ce, même si la marque a fait appel à de grands créateurs pour certaines collections, comme Karl Lagerfeld, Dolce & Gabbana ou encore Jean-Charles de Castelbajac. Des collaborations illustres qui sont pourtant restées discrètes. Cette volonté farouche de mettre le vêtement en avant témoigne d’un désir profond de conserver une haute qualité de travail, de tissu et de finitions qui font le vrai succès de la marque depuis des décennies.

It print de la saison, le tartan se décline sur un jupon plaid
en laine XXL. © ImaxTree

Mots-clés:
mode look tendances
CIM Internet