Ces marques boycottent le Black Friday (et on applaudit)

Ces marques boycottent le Black Friday (et on applaudit)

black friday

Pas de Black Friday pour Bellerose, mais un "Blue Friday". | © Capture d'écran Instagram/Bellerose

Mode

En ce vendredi « noir », symbole de la surconsommation, plusieurs marques ont décidé de ne pas faire de promotions. À la place, elles promeuvent plutôt l’écologie et l’engagement pour la planète bleue.

Impossible de passer à côté du Black Friday, ou même de la « Black Week ». Cette période de promotions à gogo est sur toutes les lèvres, envahit les boîtes mail et s’affiche sur toutes les vitrines. Ou presque. Certaines marques décident de boycotter cette opération commerciale venue des États-Unis, symbole d’une surconsommation devenue folle. Les images de bousculades et d’accidents entre clients qui s’affrontent pour un écran plat à prix cassé en sont bien la preuve outre-Atlantique, même si, en Europe, la guerre des promos se passent davantage en ligne.

Face à cette pratique, plusieurs marques proposent des « bons plans » pour une consommation responsable. À l’instar de la marque belge Bellerose qui a lancé le « Blue Friday » en réponse à ce « vendredi noir » pour la réducation des déchets. « Cinq millards de milliards de morceaux de plastique polluent nos océans aujourd’hui. Il est facile de pointer du doigt mais la vérité est que nous faisons tous partie du problème. Nous pouvons également faire partie de la solution », explique la marque qui ne travaille qu’avec des fabricants qui peuvent garantir leur conformité à l’éthique de l’entreprise, que ce soit les salaires des travailleurs, la sécurité sur le lieu de travail ou l’utilisation de produits nocifs pour l’environnement. « C’est pourquoi chez Bellerose, nous avons décidé de donner plus de sens à ce Black Friday et de le transformer en Blue. Au lieu d’une vente, nous réinvestissons 20% de tous les achats effectués ce jour-là dans le nettoyage de nos océans ».

Une démarche suivie par d’autres marques, telles que Kloffie, aux Pays-Bas. La marque néerlandaise reversera également 20% des achats à l’association The Ocean Cleanup, créée en 2013 par le jeune inventeur Boyan Slat qui a mis au point une technique révolutionnaire pour enrayer l’invasion des fonds marins par les plastiques.

Lire aussi > Boyan Slat va nettoyer les océans

View this post on Instagram

{BLUE FRIDAY} Lieve mensen, Dat wij geen fan zijn van de fantasieloze “Nederlandse” variant van Black Friday hebben wij vorig jaar uitgebreid besproken via onze social media kanalen. Daarom gaan wij dat dit jaar niet weer doen, maar leggen het graag uit in de winkel. Of scroll terug naar onze social media post van vorig jaar. Uiteraard laten wij deze drukke dag in de stad niet aan ons voorbij gaan. Wij zijn geïnspireerd geraakt door onze vrienden van @belleroseofficial en daarom doen wij mee aan Blue Friday. 🐳🐬🐟 . Vijf biljoen stukjes plastic vervuilen onze oceanen vandaag de dag. Het is gemakkelijk om vingers te wijzen, maar de waarheid is dat we allemaal deel uitmaken van het probleem. Gelukkig kunnen we ook een deel van de oplossing worden. Daarom hebben we bij Kloffie besloten om meer betekenis aan deze Black Friday te geven en deze blauw te kleuren. Van elke aankoop doneren wij deze dag 20% aan The Ocean Cleanup. Uiteraard zullen wij jullie laten zien dat wij dit bedrag daadwerkelijk overmaken. 🌊 Dit zijn de tradities die wij leuk(en belangrijk) vinden. Hopelijk jullie ook. #bluefriday✊ The Ocean Cleanup is een project om plastic afval op te ruimen uit de oceanen dat bedacht is door Boyan Slat (1994), een Nederlands uitvinder en milieuactivist. Hij ontwierp in 2012 een drijvende installatie van lange drijvende armen die in de vorm van een V op strategische plekken in zee worden geplaatst. Door de stroming moet het plastic worden gevangen, waarna het wordt opgeslagen en opgehaald door een tanker. In november 2014 won Slat de Champions of the Earth-prijs van het VN-Milieuprogramma (UNEP), een prijs voor inspirerende initiatieven op het gebied van milieu. Slat was de jongste winnaar ooit. Na vijf jaar testen ging Boyan Slat op 8 september 2018 van start met The Ocean Cleanup, beginnend bij de zogenoemde Great Pacific Garbage Patch, een van de vijf gyren in de oceaan. #kloffie #kloffiehaarlem #theoceancleanup #bluefriday #oceancleanup #plasticfree #plasticsoup #boyanslat #environnement

A post shared by K L O F F I E H A A R L E M (@kloffiehaarlem) on

À Anvers, le magasin de vêtements pour enfants (dans lequel on aimerait bien pouvoir s’habiller aussi) KID boycotte également le Black Friday. Dans un diaporama publié sur Instagram, la marque explique ses raisons, qui sont multiples. « À cause du Black Friday et d’autres promotions, vous encouragez l’idée selon laquelle les consommateurs ne doivent pas payer le vrai prix ‘sain’ du marché pour un produit. Vous stimulez la surconsommation, alors que, chez Kid, nous vpoulons simplement nous concentrer sur la qualité plutôt que la quantité. Et, plus important encore, la pression sur les petits magasins indépendants comme nous est tellement forte qu’ils seront de plus en plus à fermer leurs portes puisque ce n’est plus possible d’être rentable comme ça… »

Lire aussi > Le « Green Friday », l’anti-Black Friday qui fait du bien

View this post on Instagram

THANK GOD IT’S JUST FRIDAY #noblackfriday

A post shared by KID store Antwerp (@kid.store.antwerp) on

En France aussi, le « No Black Friday » est de mise au sein de certaines entreprises. C’est le cas, par exemple, de Veja. Lancée en 2004 dans une démarche écologique et responsable, la marque française de chaussures a expliqué sur les réseaux sociaux pourquoi elle boycottait cette année cette opération commerciale, alors qu’elle y a participé ces trois dernières années : « Nous y participions, mais en nous sentant à chaque fois plus mal à l’aise. Comme si participer au Black Friday était contraire à notre projet, comme si cela n’était pas cohérent. Aujourd’hui, l’équipe VEJA a pris collectivement la décision de dire au revoir au Black Friday. (…) Nous avons décidé de clamer haut et fort que nous ne ‘jouerons’ plus avec cet événement, même pour en faire un outil de communication. Dorénavant, nous l’ignorerons complètement. Nous respectons le choix des entreprises qui continuent d’y participer, chacune à leurs manières… C’est un soulagement que ce vendredi ne soit plus « black », car nous souhaitons vivre dans un monde où ce vendredi particulier redevient un vendredi comme les autres ».

Chez Homecore, vous ne verrez pas non plus de promotions sur ses vêtements pour hommes. « Depuis nos origines, nous affirmons que nous ne jouons pas au jeu de cette société qui cherche à nous stigmatiser ; c’est d’autant plus vrai aujourd’hui », peut-on lire sur le compte Instagram de la marque.

View this post on Instagram

Quelle est la vraie valeur d’une basket? Depuis 2004, l’ensemble du projet Veja tente de répondre à cette question. Par exemple, nous n’avons pas de stock et produisons à la commande. Pendant 10 ans, nous n’avons pas fait de soldes. Avec le temps, nous avons commencé à mettre les fins de série dans l’onglet outlet de notre site. Et puis vint le Black Friday. Les premières années, nous avons vu le Black Friday comme une tradition américaine qui a peu à peu envahi le monde. Nous avons fait le Black Friday ces 3 dernières années, en soldant nos anciennes collections et nos prototypes, mais jamais la collection actuelle. Nous y participions, mais en nous sentant à chaque fois plus mal à l’aise. Comme si participer au Black Friday était contraire à notre projet, comme si cela n’était pas cohérent. Aujourd’hui, l’équipe VEJA a pris collectivement la décision de dire au revoir au Black Friday. Partout dans le monde, de plus en plus de marques et de projets refusent de participer au Black Friday. Certains décident de fermer leur site internet pour la journée, d’autres ont pris la décision de partager les bénéfices de cette journée avec des associations. Nous avons décidé de clamer haut et fort que nous ne « jouerons » plus avec cet événement, même pour en faire un outil de communication. Dorénavant, nous l’ignorerons complètement. Nous respectons le choix des entreprises qui continuent d’y participer, chacune à leurs manières..C’est un soulagement que ce vendredi ne soit plus « black », car nous souhaitons vivre dans un monde où ce vendredi particulier redevient un vendredi comme les autres. L'équipe Veja #veja #blackfriday

A post shared by VEJA – OFFICIAL ACCOUNT (@veja) on

View this post on Instagram

• WE DON’T PLAY BLACK FRIDAY • Voilà maintenant quelques années que le Black Friday, initialement créé pour le marché américain, s’est importé en France. Chez HOMECORE, cet évènement est synonyme de frénésie consumériste, allant à l’encontre de nos valeurs. Nous proposons des vêtements de qualité, au prix juste, constituant un style qui doit contribuer à enrichir la personnalité de celui qui le porte plutôt que de le conformer à des tendances . Depuis nos origines, nous affirmons que nous ne jouons pas au jeu de cette société qui cherche à nous stigmatiser ; c’est d'autant plus vrai aujourd’hui. ‪Ce Vendredi 23 Novembre‬ prochain sera donc un jour normal chez nous c'est à dire un jour ou nous ferons tout pour que votre expérience avec nous reste humaine, sereine, en harmonie avec le monde qui nous entoure. Bon vendredi à tous. WE DON’T PLAY BLACK FRIDAY It's been a couple of years since Black Friday has made its way from the American market to France. Here at HOMECORE, we firmly believe that this event is synonymous with blind consumerist frenzy, which goes against our core values. We offer quality clothing at a fair price, which is meant to contribute to a style that should enrich the personality of the person wearing them, rather than to conform to a specific trend. Since our beginnings, we swore to not play society's game that is only out to stigmatise us ; this is all the more true today. Happy Friday to all.

A post shared by HOMECORE (@homecore_paris) on

Aux États-Unis, le berceau du Black Friday, la marque californienne Patagonia boycotte depuis longtemps ce rendez-vous immanquable pour les Américains. L’entreprise activiste ayant pour mission de fabriquer les meilleurs produits en causant le moindre impact environnemental, sa participation à ce vendredi noir serait contre ses principes fondateurs. Mais, au pays de l’Oncle Sam, on peut également citer Everlane qui, en partenariat avec Surfrider Foundation, veut se débarrasser du plastique sur nos plages, avant qu’il ne pénètre dans nos océans.

CIM Internet