Adidas, Puma, Burberry… Comment les géants de la mode s’engagent-ils pour le climat ?

mode climat

La "charte de l'industrie de la mode pour l'action climatique" est endossée par 43 acteurs majeurs du secteur parmi lesquels Adidas, Burberry, Esprit, Guess, Gap, Hugo Boss, H&M Group, Inditex, Kering Group, Levi Strauss & Co. ou Puma. | © Unsplash / Brunel Johnson

Mode

La « charte de l’industrie de la mode pour l’action climatique » lancé dans le cadre de la COP24 reconnaît le rôle crucial pour le climat joué par le monde de la mode et l’aligne sur les objectifs de l’Accord de Paris.

 

Des acteurs majeurs de l’industrie mondiale de la mode, parmi lesquels des maisons et marques emblématiques comme Burberry, Adidas ou H&M, se sont engagés à Katowice, à l’occasion de la conférence des Nations unies sur le climat (COP24), à réduire l’empreinte sur le climat du secteur et de sa chaîne de valeurs.

43 acteurs majeurs

La « charte de l’industrie de la mode pour l’action climatique » a été lancée ce lundi en Pologne sous les auspices de l’ONU climat (secrétariat de la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques, CCNUCC) et est endossée par 43 acteurs majeurs du secteur parmi lesquels Adidas, Burberry, Esprit, Guess, Gap, Hugo Boss, H&M Group, Inditex, Kering Group, Levi Strauss & Co. ou Puma. Il associe également des acteurs de l’industrie textile du monde entier, la société de logistique Maersk et l’ONG WWF International.

Lire aussi > La COP24 à l’heure de l’urgence climatique

Cette charte, qui reste ouverte à adhésion ultérieure, reconnaît le rôle crucial pour le climat joué par le monde de la mode et l’aligne sur les objectifs de l’Accord de Paris, qui vise à maintenir le réchauffement mondial « bien en deçà de +2°C » et si possible à +1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle.

mode COP24
L’industrie de la mode s’engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 30% d’ici 2030 et à atteindre une neutralité carbone pour 2050. © Unsplash / Charles Etoroma

Décarbonation, conscientisation et économie circulaire

Pour ce faire, l’industrie de la mode s’engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 30% d’ici 2030 et à atteindre une neutralité carbone pour 2050, ce qui passera notamment par une décarbonation des productions, le choix de matériaux durables et écologiques, un transport bas-carbone, un recours à l’économie circulaire, une conscientisation des consommateurs…

Lire aussi > Des scientifiques veulent vaporiser des produits chimiques dans l’atmosphère pour lutter contre le réchauffement climatique

Pour veiller à ce que ces engagements ne restent pas des vœux pieux, six groupes de travail ont été mis en place pour définir les différentes étapes de la mise en œuvre de cette stratégie. « L’industrie de la mode a toujours deux longueurs d’avance quand il s’agit de définir la culture mondiale, je suis donc satisfaite de voir qu’elle ouvre maintenant aussi la voie en matière d’action pour le climat », a salué la responsable climat de l’ONU, Patricia Espinosa, espérant que cette initiative en inspire d’autres.

Le changement climatique est sans aucun doute l’un des, si pas le défi le plus important de notre époque.

« Le changement climatique est sans aucun doute l’un des, si pas le défi le plus important de notre époque. Il touche et touchera tout le monde sur cette planète et notre futur », a pour sa part souligné la designer anglaise Stella McCartney, également signataire de la charte. « Collectivement, nous avons une voix et la capacité de faire la différence », a ajouté la styliste, fille de l’ex-Beatle Sir Paul McCartney.

 

Avec Belga

Mots-clés:
mode climat COP24 marques
CIM Internet