L’impressionnant défilé Louis Vuitton au Louvre

Louis Vuitton

Carreaux et rayures cotoient motifs floraux et animaliers. | © AFP

Mode

Le dernier défilé de la semaine du prêt-à-porter féminin a fait fort, ce mardi. La maison Louis Vuitton a voulu défiler dans le Louvre mais en recréant l’intérieur du musée Pompidou. Un choc entre ancien et nouveau qui a fait mouche.

Le déroutant défilé de la maison Louis Vuitton, qui a clôturé mardi la semaine du prêt-à-porter féminin 2019-2020, s’est tenu au Louvre dans un décor recréant pour l’occasion l’architecture d’un autre musée parisien, celui du Centre PompidouLe but du créateur des collections femmes de la marque de luxe française, Nicolas Ghesquière, était de « créer le choc entre l’ancien et maintenant », selon la note de la présentation. Pour ce faire, les invités reçus dans la cour carrée du Louvre, cadre traditionnel des défilés de la maison la plus riche au monde, se sont retrouvés à l’intérieur de l’architecture révolutionnaire du musée d’art contemporain situé à seulement un peu plus d’un kilomètre de là.

Louis Vuitton
L’intérieur du Louvre a été transformé en celui du Centre Pompidou. ©AFP

Les actrices Emma Stone, Jennifer Connolly et Léa Seydoux et la top Karlie Kloss étaient au premier rang. La collection a audacieusement mélangé carreaux, rayures, motifs floraux et animaliers et les couleurs – le vert, le jaune, le bleu, le rouge avec le noir et l’argenté. Ce que la critique de la mode du New York Times Vanessa Friedman a aussitôt qualifié de « purée de mauvais goût »Mais pour Nicolas Ghesquière, l’idée était de représenter le style vestimentaire du quartier autour du centre Pompidou où se côtoient le chic parisien et le streetwear éclectique. « J’aime cette impression de melting pot vestimentaire. Je la transpose aujourd’hui chez Louis Vuitton », a souligné le styliste.

Lire aussi > La nouvelle collection 100% féministe signée Dior

Les mannequins, minces et androgynes, marchent avec détermination, chaussées de bottes ou bottines plates ou de derby. Les épaules sont larges, les jupes courtes et la taille est soulignée par une ceinture à boucle carrée sur laquelle sont reproduits une bouche ou un oeil maquillés d’inspiration pop. Les coiffes rappelant des bonnets de natation, en cuir noir ou à motif damier apportant une touche urbaine futuriste.

Louis Vuitton
Nicolas Ghesquiere. © AFP

Certains looks bariolés sont accessoirisés avec un mono-boucle extra-longue. D’inspiration allant de Mondrian au cubisme, la collection offre aussi des pièces classiques avec une touche de luxe décontracté, une marque de fabrique du styliste.

Avec Belga

CIM Internet