Paris Match Belgique

De Lady Di à Irina Shayk, le pouvoir de la « revenge dress »

Lady Di (et John Travolta) en 1985. | © Wikipedia/Ronald Reagan Library

Mode

Du côté des people et de la royauté, une tenue post-séparation peut vouloir dire beaucoup. Cela peut même être un puissant outil d’empowerment. 

« Elle voulait avoir l’air de coûter un million de dollars. » C’est ainsi qu’Anna Harvey, ancienne styliste de Lady Diana, décrit une robe qui a défrayé la chronique durant l’été 1994. Le 28 juin, la princesse de Galles est séparée de Charles depuis deux ans, mais le divorce n’a pas encore été prononcé. Ce jour-là, le prince va enfin avouer qu’il l’a trompée avec Camilla Parker Bowles dans la presse britannique. Invitée à une soirée organisée par Vanity Fair à la Serpentine Gallery de Londres dès le lendemain, Diana va réaliser un coup d’éclat et donner naissance à un phénomène : la « revenge dress ».

La beauté du phénix

Pour marquer les esprits, Diana Spencer va en effet porter une robe conçue spécialement pour elle trois ans auparavant, mais qu’elle n’avait jamais osé porter par peur d’être « trop audacieuse » vis-à-vis du protocole. Avec sa petite robe en soie noire signée Christina Stambolian, ses épaules dénudées, un décolleté, un impressionnant collier de perles et la tête haute, la jeune trentenaire est divine et tous les regards sont braqués sur elle. La famille royale britannique est bel et bien derrière elle, elle savoure son indépendance et montre aux yeux du monde ce que le prince de Galles a perdu à jamais.

« Alors que certains se seraient dit ‘Je ne peux pas faire face à cette soirée’, elle y est allée dans cette robe à couper le souffle. C’était une vraie déclaration », se souvient notamment Kerry Taylor qui a dirigé une vente aux enchères des robes mythiques de la princesse en 2013.

Lire aussi > Prince Harry : Qui est ce mannequin avec qui il a flirté en même temps que Meghan Marke ?

Si Lady Di nous a quittés en 1997, le concept de la « revenge dress » (qui n’a pas toujours besoin d’être une robe) est resté. Pour Madame Figaro, Kate Middleton – elle est d’ailleurs souvent comparée à sa belle-mère – se le serait approprié ce 12 juin alors que les dernières rumeurs avancent que Rose Hanbury, la maîtresse supposée de William, se dirige tout droit vers un divorce.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Kensington Palace (@kensingtonroyal) on

Fraîchement séparée de Bradley Cooper, Irina Shayk a aussi fait parler d’elle pour ses looks post-séparation. Le mannequin russe de 33 ans est apparu dans une combi’ beige chic et confortable Burberry qui ne dit qu’une chose : je n’ai pas le temps de m’apitoyer sur mon sort.. Un choix applaudit par le site spécialisé InStyle. Sur Instagram, elle a également posté une photo symbolique. De dos et en lingerie (noire, comme Diana), Irina Shayk a les yeux rivés sur l’horizon et le premier jour du reste de sa vie. De son côté, Melania Trump s’est souvent servie de ses tenues pour faire passer des messages à son mari

 

View this post on Instagram

 

A post shared by irinashayk (@irinashayk) on

CIM Internet